Les camps d’entraînement

Le moment de vérité survient habituellement dans le bruit et à travers la lumière artificielle des luxueux hôtels et casinos pleins à craquer. Mais pour les bienfaits des boxeurs, ceux-ci doivent obligatoirement se retrouver dans un environnement propice à l’entraînement. Ainsi, un camp d’entraînement s’avère une étape incontournable pour tout boxeur décent. Là, ceux qui aspirent à devenir champion peuvent atteindre leur forme physique optimale sans distractions. Et dans une situation idéale, ils ne sont entourés que par des personnes ressources : les entraîneurs, les partenaires de sparring, les massothérapeutes, les préparateurs physiques, etc. Tout ce qui peut sembler intéressant ou tentant en dehors du camp est proscrit pour les boxeurs.

Les boxeurs suivent impérativement ces camps, tout comme les moines qui cherchent l’isolement. Et tout comme les moines, ils vivent selon un horaire préétablit qui débute tôt le matin et qui se termine un peu tard en soirée. La nature vertueuse de ces engagements est presque toujours mise en valeur par le choix du site d’entraînement. Les camps sont usuellement situés dans des montagnes, dans les forêts ou proche des lacs. Floyd Patterson abandonna un camp dans le Highland Mills, à New York avant son combat contre Archie Moore, pour s’enfuir dans son propre refuge privé sur la banlieue de San Diego. Même le volubile et légendaire boxeur Muhammad Ali plus tard, prêta allégeance envers son camp à Spartan, dans les montagnes de Pocono, en Pennsylvanie. Il surnomma ce lieu « Fighter’s Heaven » (Le Paradis des Boxeurs), tout en ajoutant qu’il se sentait davantage chez lui, sous les maisons de bois, que dans son ancienne luxueuse résidence à Cherry Hill.

 

Ce processus d’entraînement constitue aussi une manière que rendre hommage aux anciennes générations de champions, à cause de la mise en application de saines habitudes de vie de même que par l’utilisation traditionnelle des gants de boxe, qui auparavant n’étaient utilisés que lors des combats de championnats. Vers le début du 20e siècle, le professeur Mike Donavan, un coach du New York Athletic Club, recommanda que les professionnels suivent un camp d’entraînement dans la région montagneuse du pays, afin que les boxeurs puissent respirer de l’air pure. Dans le pays américain, les champions mondiaux à diverses époques, que ce soit de Dempsey jusqu’à Foreman, se sont ardemment dévoués eux-mêmes à des activités de plein-air comme, à titre d’exemple, couper du bois. Aujourd’hui, encore, certains entraîneurs ne nient pas que cet exercice primitif puisse accroître d’une manière notable la force des boxeurs.

 

Les psychologues de sports modernes révèlent tous les bienfaits des camps. Durant ces semaines de dur travail, la coopération est valorisée. L’équipe vise à atteindre ce qu’on appelle « le point de convergence ». Ceci représente un sentiment d’unité que partagent tous les membres de l’équipe ayant pour but d’harmoniser la chimie au sein du groupe. Encore et encore, les pugilistes indiquent tous, jusqu’à quel point un bon esprit d’équipe au sein de leur organisation représente pour eux, une source additionnelle d’inspiration et de courage. À l’opposé, une aide s’avère souvent bénéfique si un ou plusieurs membres de l’équipe empoissonnent l’atmosphère, en agissant comme s’ils avaient perdu la confiance envers leur boxeur. En bref, pour s’assurer d’une ambiance rayonnante en sein du groupe, tout membre du clan, qui ne croit pas au succès de leur boxeur devrait quitter leurs fonctions. De cette manière, le reste du personnel pourra offrir de bon gré, le meilleur suivi pour leur boxeur.

 

Les procédures d’entraînement

Flexibilité

Flexibilité

Ils sont surnommé « gymnastique » ou « exercices libres » disciplines dans lesquelles l’esprit et le corps se montrent bien disposés à se soumettre à des exercices d’assouplissement. Les exercices effectués sans l’usage d’équipements tendent vers plusieur...
La course

La course

Ce type d’entraînement qui constitue usuellement le premier test d’endurance pour l’esprit et les jambes prépare aussi adéquatement le boxeur à subir une journée forcément exigeante de camp d’entraînement. Certains boxeurs se retrouvent souvent tentés...
Le sac de frappe et autres

Le sac de frappe et autres

Rien n’est plus adéquat pour pratiquer la vélocité ou le synchronisme de ses punchs que d’avoir devant soi une cible stationnaire ou en mouvement, critères que remplit à perfection les équipements standard de boxe dans un Gym, tels le sac de frappe...
Le saut à la corde

Le saut à la corde

Il apparaît souvent que les observateurs dans un premier temps tendent à croire que les pugilistes ne s’adonnent au saut à la corde, qu’à titre d’exercice de réchauffement. Mais dans les faits, cette pratique dissimule plusieurs avantages au niveau d...
Le shadow boxing

Le shadow boxing

À chaque fois que les boxeurs s’exercent en faisant du shadow boxing , ils expérimentent un exaltant feeling. Ils se voient constamment en mouvement devant un miroir face à un adversaire invisible, mais en même temps toujours présent virtuellement en fac...
Le sparring

Le sparring

Le but ultime du sparring est évident. Il offre aux combattants (qui sont bien couverts d’équipements de protection) la chance de vivre une simulation de ce que représente un vrai combat dans un ring. Les schémas tactiques complets des mouvements et de...
Musculation

Musculation

Auparavant, lorsque que le nombre de rounds n’était pas encore délimité et que les gants de boxe n’étaient utilisés que dans les entraînements, les méthodes utilisées pour acquérir de la force étaient beaucoup plus simplistes. Les vaillants aspirants aux...