Ringside Boxing Gym

À chaque séance d’entraînement, les boxeurs tout en sueur au Johnny Tocco’s Ringside Gym réalisent jusqu’à quel point s’exercer en ce lieu n’est pas une mince affaire. Il fait souvent une chaleur torride à l’extérieur, mais ajoutez-y 20 degrés de plus entre les murs de ce gym et ce, sans air conditionné. Ces conditions peuvent sembler à première vue irrespectueuses envers les boxeurs, mais on dit qu’une chaleur étouffante dans un gym génère un impact positif sur le rendement des boxeur.

 

Tocco GymQuelques-uns pensent que le Johnny Tocco’s Boxing Gym se situe à proximité des restes d’une relique construite dans une autre période. Mais ceux qui se sont incrustés dans le monde de la boxe en savent plus à ce sujet. Ils savent que la structure délabrée de la murale à côté d’un magasin de pneu dans le District des Arts est reconnue comme étant légendaire. Alors les combattants qui voient leur gym comme un chez-soi, accorde une grande dévotion envers ce Gym, qui en plus, est le plus vieux et le plus estimé de la ville de Los Angeles. Plusieurs étoiles des boxes telles Larry Holmes, Sonny Liston, Mike Tyson, Marvin Hagler. Des entraîneurs tels Floyd Mayweather Sr. et Mike McCallum y ont déjà exercé là, leurs fonctions.

« Tu veux travailler fort, c’est là le meilleur endroit » affirma Danny Garcia, qui à ce moment, montrait un fiche de (6-0-0). Et en arrière-plan, Jesus Alberto Gutierrez, qui s’exerçait sur le speed bag ajouta : «  C’est un Gym pour ceux qui travaillent comme des chiens. Tu dois apprendre dès le début, ce n’est pas un jeu. À la minute où les boxeurs franchissent les portes du Gym, ils se retrouvent dans une zone dangereuse. »

 

Le visage de la boxe changea à Las Vegas depuis que Johnny Tocco, un entraîneur de nature sérieuse ouvrit ce gym au début des années 50s sur le Boulevard Charleston. On y retrouve pas trop loin une vieille voie ferrée au bout de la rue. Tout près de là, la Cleveland Clinic’s Lou Ruvo Center for Brain Health (une clinique spécialisée pour le cerveau), consacre leur dévotion, entre autres, sur l’étude de la structure cérébrale des boxeurs.

 

À cette période, les femmes ne pouvaient être statuée championne, ni même être allouée à mettre les pieds à ce gym de Las Vegas. « Et en plus, les femmes des boxeurs devaient attendre leur conjoint à l’extérieur du bâtiment » révéla Elizabeth Benitez Smith, qui est maintenant propriétaire du gym avec son mari, James. Maintenant, les femmes s’entraînent ici.

 

Johnny ToccoTocco, considérablement aimé en dépit de son comportement intimidant, décéda en 1997, peu de temps après avoir vendu le gym à BAM Boxing Promotions. Le gym au bout du compte se retrouva entre les mains des Smiths, un jeune couple qui travaillait au Clark County School District (CCSD), qui aimait le District des Arts. En tenant compte de leur penchant artistique, ils voyaient en leur nouvelle acquisition (le gym) la nécessité de le réaménager. N’ayant aucune affinité avec le sport et aucune idée des actions qu’ils se devaient de faire pour leur bâtiment. Lorsque les Smiths commencèrent à rénover le centre, les boxeurs exigèrent d’arrêter les travaux. Tout en acquiesçant à leur demande, les propriétaires allèrent même jusqu’à faire la promesse de conserver les traditions du Tocco’s Gym.

 

Une chose qui fait partie intégrante du charme du gym réside au fait de ses vieilles conditions d’entraînements. Cela en fut ainsi pour Chiekwe Nwokoji, un Nigérien qui s’installa à Las Vegas (via Tennessee) pour apprendre à boxer au Johnny Tocco’s Ringside Gym, mais aussi pour s’entraîner au MMA Gym le soir.

« J’ai appris de la bonne façon de me comporter dans les câbles. C’est tellement important. »

 

On n’y retrouve aucuns tapis roulant, d’appareils de musculation ou de machines elliptiques. Il n’y a qu’un seul bicycle stationnaire et une machine d’escalier roulant, tous isolés dans un coin. Smith évoque aussi que des membres âgés de 60 et même 70 ans, qui eux, eurent boxé ultérieurement en leurs jours, se présente encore aujourd’hui au Tocco’s Gym pour suivre leur programme d’entraînement.

« Ça leur manque constamment. Ils aiment mieux frapper sur un sac que de marcher sur un tapis roulant. » – Elizabeth Smith

 

Pour les combattants, la force et le conditionnement représentent quelque chose qu’on apprend dans une autre gym. Cela concerne surtout les MMA (Mixt Martial Art).

« La seule manière d’apprendre à combattre en MMA est d’en venir aux coups. » cita l’entraîneur John Maynard Roberts, qui n’avait que peu de bons mots, sinon aucun pour les MMA.

 

Or, la loyauté de Roberts pour la boxe va bien au-delà de l’entraînement. Il a peinturé des murales pour donner une identité unique au Gym et pour laisser savoir aux gens que le centre est toujours prêt à les accueillir. Ils représentent un lieu de pèlerinage pour la boxe, tout comme le bâtiment lui-même. Ces peintures incluent une brochette de boxeurs tels Muhammad Ali, Evander Holyfield, Mike Tyson, Joe Lewis et même Jimmy Wilde. Mais, Robert avait à ce moment, une autre réalisation en tête, soit une mural de Jack Johnson (le premier Noir à avoir obtenu de statut de Champion Mondial).

 

On y retrouve aussi d’imposantes murales, achetée dans des ventes aux enchères (peinturée par un autre artiste), qui sont exposées en arrière. Celles-ci représentent d’autres boxeurs légendaires tels Ali, Salvador Sanchez et Rocky Marciano.

 

Tocco JeunesseCela dit, il existe un site familier pour les entraîneurs qui fréquentent le Gym depuis des décennies. Ensemble, ils se considèrent comme étant une famille tissée serré.

«  Je suis âgé de 29 ans. Alors que je m’entraînais ici durant mon enfance, ils étaient tous pros. La boxe pour moi est comme un mauvais mariage. J’ai tenté de quitté ma profession à maintes occasions, mais je ne pouvais pas. »

 

Mais n’étant âgé que de 12 ans, le Champion Junior National des Golden Gloves en 2012, Jesse Rosales, qui lui, s’entraîne deux heures par jours, cinq jours semaine au Tocco’s Gym semblait déterminé à atteindre ses objectifs :

« Ici, c’est une vieille école de métier.  J’ai veux devenir Champion. J’ai un bon entraîneur et le support de ma famille. »

 

Rosales semble être trop jeune pour avoir pris conscience des réalisations de Tocco, mais il y en a plusieurs qui le sont. Tocco était le soigneur de Kelcie Bank, en ces jours plus anciens. Bank exerce maintenant les fonctions d’entraîneur entre les murs de ce Gym de Las Vegas.

« Demeurer dans ce Gym nous fait revivre notre passé. Avant, le bureau se situait devant la porte. En y marchant à l’intérieur, on voyait Johnny mâchouiller son cigare non allumé. Il était un de ces vieux types Italiens grincheux aux cheveux blancs. Sa présence me manque beaucoup. Que vous le croyez ou non, son esprit demeure parmi nous. »