Intronisé au Temple de la renommée en 2015, le dur et charismatique puncheur gaucher des poids plumes reconnu pour ses fanfaronnades et son style inorthodoxe, « Le Prince » Naseem Hamed, a accordé une interview fort captivante lors de la 55e Convention du World Boxing Council (WBC), il y a déjà de cela quelques semaines :

 

WBC : Il y a beaucoup des très bons boxeurs maintenant, mais aucun d’entre eux n’est aussi flamboyant et spectaculaire comme tu l’as été ?

Naz : Je crois honnêtement qu’il y a quelque chose qui manque en boxe. Personne ne fait quelque chose hors de l’ordinaire comme je l’ai fait. Ce serait bien de voir quelqu’un réellement divertissant, qui exerce le métier de boxeur et qui endosse mes chaussures. Mais malheureusement, ça ne s’est pas fait depuis un bon nombre d’années.

 

 

WBC : Pourquoi as-tu voulu tant amener d’excitation lors de tes présences sur le ring ? Tu n’as laissé personne indifférent … soit ils t’ont aimé ou détesté.

Naz : J’ai amené toute cette excitation parce que j’ai tenu à être le meilleur combattant du monde. J’ai voulu avoir comme image d’être le combattant le plus divertissant de la planète et j’ai voulu laisser mon emprunte dans le sport. Et honnêtement, je pense avoir accompli toutes ces choses.

Aujourd’hui j’ai ma place au Temple de la renommée aux côtés des légendes que sont par exemple Muhammad Ali, et je suis là, à la 55e Convention du WBC, après avoir reçu l’invitation du Président du WBC, Mauricio Sulaiman. Le vert et l’or a tant de signification pour moi. De l’avoir remporté (la couronne du WBC) a toujours été un rêve pour moi. C’est une magnifique ceinture.

 

WBC : Une des caractéristiques d’un très grand champion, c’est d’être en mesure de mettre fin à un combat avec un seul punch, et tu en possédais tout un !

Naz : Oui, j’avais ce knockout punch dans mes deux mains. J’ai été béni non seulement avec la confiance et l’abondance, mais aussi avec la puissance, et je remercie Dieu pour ça.

 

WBC : Es-tu né avec cette puissance, ou l’as-tu plutôt développé ?

Naz : Je pense qu’il y a différentes formes de puissance chez les artisans du knockout. Quand tu vois des gars comme Mike Tyson et Julian Jackson, tu sais qu’ils ont été bénis avec quelque chose. Ils ont un certain « snap » dans leurs punchs. Cela est un certain type de puissance que tu vois rarement. Même vers la fin des rounds … j’ai passé le KO à Paul Ingle au 11e round. C’est vraiment gratifiant de posséder cette puissance et de les mettre knockout à ce stade-ci du combat.

 

WBC : Qu’est-ce-que cela te fait d’être là à la Convention du WBC ?

Naz : Cela me rend humble du fait que j’y vois là tant de champions, ex-champions du monde. Cela fait de moi une personne humble d’y être là parmi les autres dans la même salle. J’ai vu beaucoup de combattants ici qui ont déjà été possiblement meilleur que moi … et cela ne me gêne pas de l’admettre. Je ne fais que les féliciter pour tout ce qu’ils ont réalisé tout on long de leur carrière. C’est vraiment incroyable de voir cela !