Deontay Wilder continue toujours de donner des prétextes pour expliquer sa défaite.

Durant une longue interview avec un reporter, Wilder (42-1-1, 41 KOs) a mis l’emphase sur toutes les raisons qui expliquent, selon lui, pourquoi il a perdu face à Tyson Fury (30-0-1, 21 KOs), lors de leur rematch, en Février.

Wilder a récemment évoqué la théorie selon laquelle Fury aurait enfilé des gants falsifiés dans le combat. La preuve ? Selon Wilder, il y a eu des marques d’ongles à l’intérieur de son oreille :

« Je n’ai pas encore entendu des preuves valables au sujet du port de gants à savoir pourquoi tes mains étaient au milieu des gants, pourquoi il y a eu des éraflures à l’intérieur de mon oreille ? À cause des ongles de Fury !, » a dit Wilder à Brian Custer via The Last Stand PodCast.

« Il y a tellement de nombreux faits et preuves que nous avons ! Cela nous montre juste la grandeur de cela. »

La conspiration sur le port de gants a émergé peu de temps après le rematch Wilder vs. Fury, quand un bon nombre de vidéos ont censément montré que Fury aurait manipulé ses gants.

Wilder, qui est demeuré silencieux tout au long de l’été, a brisé son silence depuis les deux dernières semaines, alors qu’il est apparu dans une vidéo qui a fait le tour dans les médias sociaux, disant que Fury aurait manipulé ses gants :

« J’ai vu le premier combat quand Ricky Hatton (un ex-champion deux divisions de poids) a tiré tes gants vers le bas pour mettre ton poing dans une position inappropriée. Tu as tenté la même méthode la deuxième fois. Seulement cette fois, tu as éraflé la chair de mon oreille qui s’est mise à saigner. »

« C’est impossible pour de nouveaux gants de 10 onces de se plier, de garder une forme aplatie ou d’avoir de l’espace libre. Je crois fermement que tu as mis quelque chose dans tes gants. Quelque chose de la grosseur et de la forme d’un œuf. C’est la raison pour laquelle le coté de ma face a montré une enflure qui a eu la forme d’un œuf et que cela a laissé un enfoncement aussi sur le coté de ma tête. »

« Mais en dépit de tout cela, tu n’as pas pu mettre le roi à terre. Il aurait fallu que tu me tues. À la fin, il a fallu la présence de cette merde d’arbitre (Kenny Bayless) et un entraîneur déloyal (Mark Breland) qui a lancé la serviette, pour que l’on puisse m’arrêter, » a-t-il ajouté.

Wilder a récemment congédié son assistant entraîneur Mark Breland du fait que celui-ci a lancé la serviette pour mettre un terme au combat, au 7e round, et donc Wilder a interprété cette action comme une forme de trahison. Il a cependant épargné quelques membres de son équipe, incluant son entraîneur en chef et co-manager, Jay Deas, qui va toujours demeurer à ses côtés.

Toutefois, la plupart de ses invectives ont été réservées pour Fury. Wilder est catégorique à l’effet que Fury l’a dupé en remportant de manière illégale la victoire, insistant que le combattant poids lourd Britannique s’est aussi par le passé bâti une réputation de tricheur :

« Il a triché ! Il a sans le moindre doute triché !, » a dit Wilder à Custer.

« Il n’a pas été le meilleur homme ! Il a été un lâche ! Il s’est bâti depuis longtemps une réputation de tricheur ! Et vous savez que pour être reconnu comme un tricheur, pourquoi va-t-il s’arrêter de l’être maintenant ? L’essentiel de ce que je dis … Si tu as l’opportunité de tricher et que tu ne triches pas, tu vas être vu comme un suceur ! »

« Vous pouvez voir ses antécédents et son histoire de tricherie quand il a combattu Klitschko, » a ajouté Wilder.

« Alors il n’a pas été le meilleur homme dans le combat. C’est tellement triste que je sois quelqu’un de si grand dans le sport, et qu’ils ont dû tricher contre moi. Mais cela ne fait que me rendre plus puissant, mon héritage devient encore plus fort qu’il ne l’a jamais été ! »