Le champion des lourds de l’UFC, Francis Ngannou, a l’intention de prendre une pause pour le reste de l’année 2022 s’il défait Ciryl Gane, et qu’il n’arrive pas à s’entendre sur les termes d’un lucratif nouveau contrat avec l’UFC incluant une option lui permettant de pouvoir boxer.

Ngannou (16-3) a dit Jeudi via ESPN qu’il croit avoir respecté les termes de son contrat actuel avec l’UFC alors qu’il sera opposé au champion intérim Ciryl Gane (10-0) dans une unification des titres à l’UFC 270, le 22 Janvier.

Mais le puncheur Camerounais admet aussi avoir une clause dans son contrat qui pourrait retarder sa prochaine prise de décision quelle qu’elle soit.

Cependant, Ngannou assure qu’une chose doit changer :

« Non, je ne vais plus combattre pour 500 000, 600 000 $ !, » a dit Ngannou lorsqu’il a été questionné à savoir s’il combattrait sous les termes d’un contrat prolongé avec l’UFC.

« Je veux dire, c’est terminé. C’est terminé. J’ai pris ce combat pour des raisons personnelles, et je veux m’assurer qu’en dépit de cela, même si ce n’est pas équitable, même si j’ai été mal traité, je pourrai dire dans mon cas que j’ai complété les huit combats. »

Ngannou a dit avoir signé une entente avec l’UFC en Décembre 2017, avant son premier combat de championnat chez les lourds face à Stipe Miocic à l’UFC 220, dont les termes étaient applicables pour une durée de cinq années.

Cependant, une clause contractuelle du champion stipule aussi que s’il détient toujours le titre lors de l’expiration de son contrat, Ngannou devrait demeurer lié avec la promotion durant une autre année ou trois autres combats.

« Tout cela me fait penser que c’est optionnel, » a dit Ngannou.