Jay Deas, qui est le co-manager et coach auprès du champion WBC des lourds, Deontay Wilder (39-0-0, 38 KOs), a dit que son équipe toute entière veulent faire face au champion WBA, IBO, IBF Anthony Joshua (20-0-0, 20 KOs), dès son combat suivant.

 

Les deux camps ont eu de brèves discussions, mais ultimement Deas a reçu la réponse (par le promoteur de Joshua, Eddie Hearn), comme quoi ils ont besoin de plus de temps pour bâtir convenablement quelque chose autour de ce combat.

« Nous voulons le combat maintenant, et ils ont opté pour aller dans une autre direction, » a dit Deas à FanSided.

« Ils se sont même servi d’internet pour dire : « Nous voulons le combat, mais dans un premier temps … », ce qui est une autre façon de dire qu’ils ne veulent pas le combat dès maintenant. »

 

Wilder est maintenant schedulé pour faire une défense optionnelle versus Luis Ortiz, au Barclays Center, à Brooklyn, New York.

 

Quant à Joshua, il va prendre part à un combat d’unification avec le champion WBO, Joseph Parker, le 31 Mars, au Principality Stadium, à Cardiff, au Pays de Galles.

 

Si Wilder et Joshua remportent leur combat, alors beaucoup de pression sera exercée par les médias et les fans, pour qu’ils s’affrontent à un moment choisi en 2018.

 

Cependant, il apparaît déjà que des démarches ont été prises pour que Joshua puisse effectuer une défense obligatoire versus le Russe Alexander Povetkin, cet été. La semaine dernière, Povetkin a été officiellement inséré en sous-carte de l’événement Joshua vs. Parker, alors qu’il sera opposé au Britannique David Price.

 

Deas espère que Wilder ne sera pas à blâmer pour avoir retardé la confrontation – Si cela ne se fait pas en 2018 :

« Je ne crois pas que Eddie Hearn comprend réellement la passion des fans du monde de la boxe, eux qui veulent que ce combat se fasse le plus tôt dans la mesure du possible, advenant que Deontay et Anthony soient victorieux dans leur combat, en Mars. »

« Je ne sais pas si le public va encore tolérer d’attendre. Je pense qu’ils (les fans) vont clairement dire à haute voix ce qu’ils pensent, » a dit Deas.

« Je ne voudrais pas être le gars qui dit : « pas maintenant ». Maintenant le monde sait que ce n’est pas nous, ce n’est pas Deontay Wilder. Wilder veut le combat. Il a toujours voulu le combat. Nous mettons une pression afin que ce combat ait lieu. »

« Ce sont plutôt eux qui disent : « pas maintenant, pas encore, peut-être plus tard. Je me réjoui que les gens réalisent cela à présent, » a révélé Deas.