Francis Ngannou refuse de prolonger son entente avec l’UFC, et il a ouvertement critiqué le président Dana White pour avoir été contraint d’emprunter de l’argent pour tenir son camp d’entraînement.

Le champion des lourds de l’UFC Camerounais, Ngannou (16-3), s’apprête à disputer le dernier combat de son contrat face au champion intérim, le Français Ciryl Gane (10-0), à l’UFC 270, le 22 Janvier.

Cependant, la clause contractuelle du Camerounais que l’on surnomme « Le Prédateur », et la situation liée à sa prolongation de contrat rendent les choses plus complexes.

Plus précisément, le puissant puncheur Camerounais, Ngannou, tient fermement à négocier de meilleurs termes et conditions, et il dit même considérer d’emprunter le même chemin que suivent d’autres réputés combattants des MMA qui œuvrent maintenant dans le monde de la boxe.

Ngannou a dit à Ariel Helwani via The MMA Hour :

« Ils tentent de faire pression sur moi avec ces prolongations de contrat, mais je n’ai pas signé une nouvelle entente ! »

« Et je pense que c’est essentiellement le problème. C’est ce qui cause tous les problèmes parce que je ne veux pas signer une nouvelle entente sous certaines conditions. »

« Ça ne me convient pas parce que sous certaines conditions, je ne me sens pas protégé. »

« Lors des deux dernières années, j’ai combattu deux fois, et puis j’ai dû emprunter de l’argent pour partir. »

« Personne ne s’en soucie. Je n’ai aucune garantie dans cette entente. Et je n’ai pas de cotations ! »

« Alors en me basant sur cette expérience, je veux obtenir quelque chose de mieux. Des meilleures conditions dans mon contrat, et évidemment, être payé comme je le mérite. »

« Je crois que je ne devrais pas avoir besoin d’emprunter de l’argent pour mon camp d’entraînement. »

« À un certain moment, je vais me lancer là où il y a de l’argent. Je vais me lancer dans la boxe. C’est certain ! »

« Selon ce qui se dit, je suis un contractant indépendant. Alors ce que je veux, c’est d’avoir un contrat qui arrive à échéance lors d’une date. Après cela, je pourrai faire ce que je veux. »

« C’est ce qui se dit, un contractant indépendant avec un contrat qui arrive à échéance. Et ensuite, tu es libre, vrai ? »

« Après, tu as le droit à partir de là, de choisir la direction que tu comptes suivre et faire ce que tu veux. »

« Tu ne dois pas être contraint de signer à nouveau et de continuer d’être sous contrat. Ce n’est pas cela, être un contractant indépendant. »