Biographie

Riddick Lamont Bowe (né le 10 Août 1967) est un ancien boxeur professionnel Américain qui a œuvré de 1989 à 1996, et de 2004 à 2008.

Il a régné an tant que champion du monde du monde incontesté des lourds en 1992, et en tant que boxeur amateur il a remporté la médaille d’argent dans la division des super-lourds, aux Jeux Olympiques de 1988.

Après avoir tourné professionnel en 1989, Bowe est devenu deux fois champion du monde des lourds.

En 1992, il a remporté les titres WBA, WBC, et IBF des lourds en défaisant l’invaincu ex-champion incontesté des lourds-légers Evander Holyfield :

  • La même année, Bowe a été nommé le Combattant de l’Année par The Ring et par the Boxing Writters Association of America.

Bowe a laissé vacant le titre WBC tard dans la même année en guise de protestation, plutôt que de défendre le titre face à l’aspirant #1, Lennox Lewis :

  • Ceci a laissé les titres de championnat fragmentés jusqu’en 1999.

Dans un rematch avec Holyfield en 1993, Bowe a perdu de justesse ses titres WBA et IBF dans ce qui allait être sa seule défaite encaissée dans les rangs professionnels.

Bowe s’est plus tard réapproprié un titre de championnat des lourds, celui de la WBO, en 1995, en défaisant Herbie Hide :

  • Par cette réalisation, Bowe est devenu le premier boxeur dans l’histoire à avoir remporté la totalité des quatre titres majeurs des organismes de sanction (WBA, WBC, IBF et WBO).

Plus tard, Bowe a laissé vacant le titre WBO afin de combattre une troisième fois Holyfield, et il a gagné décisivement le combat alors qu’il est devenu le premier boxeur à avoir stoppé Holyfield.

En 1996, Bowe s’est engagé dans deux combats animés avec le Polonais Andrew Golata ; deux combats qui ont pris fin dans la controverse alors que Golota a été disqualifié pour avoir porté des coups bas.

Bowe s’est retiré du sport après ses deux combats avec Golota, et il a fait un bref retour en 2004 et un dernier combat en 2008.

Dans un article de boxe rédigé en 2010, Bowe a été classé comme le 21e meilleur poids lourd de tous les temps.

En 2015, il a été intronisé à l’International Boxing Hall of Fame.

Sa jeunesse en bref

Bowe, le douzième des treize enfants de sa mère Dorothy Bowe, a été élevé à Brownsville, à Brooklyn. Son frère Henry est décédé du VIH, et sa sœur Brenda a été poignardée à mort par un toxicomane dans une tentative de vol.

Sa carrière amateur

En tant que boxeur amateur, Bowe a remporté le prestigieux Championnat des Golden Gloves, à New York, et aussi d’autres tournois.

En 1984, à l’âge de 17 ans, il a passé le knockout à son opposant James Smith en seulement 4 secondes.

En 1985, aux Championnats National Golden Gloves, il a perdu face au poids lourd Américain Donald Stephens.

Bowe a remporté la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de 1988, à Seoul, alors qu’il a perdu un match controversé, en finale, face au futur champion du monde des lourds, Lennox Lewis :

  • Bowe a été dominant, 1er round, alors qu’il a placé 33 de ses 94 punchs (34%) tandis que Lewis a touché la cible avec 14 de ses 67 coups (21%).
  • Dans le 1er round, l’arbitre du combat provenant de l’Allemagne de l’Est a donné à Bowe deux avertissements pour des coups de tête et il a déduit un point pour un troisième coup de tête, quoique la reprise a clairement montré qu’il n’y avait pas eu de coup de tête.
  • Le commentateur Ferdie Pacheco a affiché son désaccord à propos de la déduction, disant que les deux boxeurs ne se sont pas cognés les têtes.
  • Lors du 2e round, Lewis a touché la cible avec plusieurs frappes percutantes. L’arbitre du combat a donné à Bowe deux « comptes de 8 » debout, et il a signalé la fin du combat après le deuxième compte même si Bowe avait semblé être en mesure de poursuivre l’affrontement.
  • Pacheco a aussi été en désaccord avec l’arrêt en qualifiant cet arrêt comme étant « très étrange » mais le commentateur sportif Marv Albert a dit que Bowe a reçu une correction.

Championnats nationaux des Golden Gloves

Bowe a remporté à quatre reprises les Championnats Nationaux des Golden Gloves.

Faits saillants dans les rangs amateurs

Fiche amateur : 104-18

  • 1983 : Championnats Junior aux États-Unis, en tant que poids moyen : A été défait versus Adolpho Washington, par TKO au 2e round.
  • 1985 : Champion du monde Junior chez les poids mi-lourds, en compétition à Bucharest : A défait Peter Hart de la Hongrie en finale.
  • 1987 : Médaillé de Bronze aux Jeux Panaméricains à Indianapolis : A été défait par Jorge Luis Gonzalez 2:3.
  • 1988 : Médaillé d’argent aux Jeux Olympiques d’été de Seoul : A perdu en finale face à Lennox Lewis (Canada), par TKO au 2e round.

Sa carrière professionnelle

Bowe a tourné professionnel après sa défaite subie aux Jeux Olympiques. Le réputé coach, Eddie Futch, l’a alors pris sous son aile et il a développé Bowe du fait qu’il voyait en lui un boxeur de très grand talent :

  • Eddie voyait en Bowe plus de potentiel que n’importe quel autre boxeur dont il a entraîné.

Bowe a tourné professionnel, en Mars 1989, il a mis knockout Lionel Butler (0-1).

Celui qui était alors son manager, Rock Newman, s’est assuré de garder Bowe actif en le faisant boxer à 13 reprises en 1989 :

  • Bowe a alors notamment battu des vétérans, notamment Garing Lane (4-3-1) qu’il a vaincu deux fois.

En Septembre 1990, Bowe a haussé d’un cran la qualité de ses opposants, en battant l’ex-champion sur le déclin Pinklon Thomas (30-4-1) qui a été contraint à l’abandon après le 8e round.

Le mois suivant, Bowe a passé le knockout à Bert Cooper (22-6), au 2e round ; une victoire qui a haussé sa réputation et sa position dans les classements.

Le 2 Mars 1991, Bowe a stoppé le médaillé d’or Olympique des super-lourds de 1984, Tyrell Biggs (19-3).

À son combat suivant, le 20 Avril 1991, l’ex-champion Tony Tubbs (29-2) semblait outboxer Bowe dans un combat serré duquel les juges ont accordé unanimement la victoire à Bowe.

Le 9 Août 1991, Bowe a mis knockout le futur champion du monde des lourds, Bruce Seldon (18-1), au 1er round.

En Juillet 1992, Bowe a stoppé le Sud-Africain, Pierre Coetzerin, au 7e round, dans un combat éliminatoire pour aspirer à un titre mondial.

Bowe vs. Elijah Tillery

Bowe a livré deux combats divertissants versus Elijah Tillery dans la même année. Leur premier duel qui s’est tenu, le 29 Octobre 1991, au Washington Convention Center, à Washington D.C, a eu la particularité d’être un « combat de fou » qui a eu une fin bizarre :

  • Bowe a dominé le 1er round duquel il a envoyé Tillary au tapis. Une fois le round terminé, Tillery a marché en direction de Bowe l’a provoqué, et Bowe a répliqué en frappant Tillery.
  • Tillery a ensuite donné quelques coups de pied sur les jambes de Bowe, qui a à son tour lancé une série de coups de poing sur Tillery alors qu’il reposait sur les câbles.
  • L’entraîneur de Bowe, Rock Newman, a alors saisi par l’arrière Tillery sur le ring et il tiré sur les câbles pendant que Bowe continuait à lancer des punchs.
  • Tillery a culbuté par-dessus les câbles et il a rapidement été détenu par les agents de sécurité.
  • Une fois l’ordre restaurée et que les combattants furent retournés dans le ring, Tillery et Bowe ont poursuivi leur guerre de mots, et il y a eu d’autres incidents mineurs jusqu’au moment où le ring fut dégagé.
  • Tillery a alors été disqualifié pour avoir donné des coups de pied à Bowe, et Bowe a obtenu la victoire, au grand étonnement des commentateurs de la télé.

Les deux boxeurs ont ensuite disputé un rematch deux mois plus tard, le 13 Décembre 1991, au Convention Hall, à Atlantic City ; un rematch duquel Bowe a dominé et stoppé Tillery, au 4e round.

Bowe vs. Evander Holyfield 1

Le 13 Novembre 1992, Bowe a combattu le champion régnant Evander Holyfield (28-0) pour le statut de champion incontesté des lourds, au Thomas & Mack Center, à Las Vegas :

  • En faisant preuve de courage et dévouement, Bowe a remporté le combat par décision unanime dans un combat divertissant.
  • Il a envoyé Holyfield au tapis, lors du 11e round. Cependant, le 10e round est celui dont les fans ont le plus gardé en mémoire. Ce round épique qui a été ponctué d’échanges de frappes brutales a incité The Ring magazine à désigner cet assaut comme « le Round de l’année ».
  • Le commentateur Al Bernstein s’est exclamé en disant :

« Ce fut l’un des meilleurs rounds dans l’histoire des lourds. Point ! »

Quelques semaines plus tôt, à Londres, le grand rival Olympique de Bowe, Lennox Lewis, avait mis knockout le Canadien, Donovan « Razor » Ruddock, au 2e round, devenant ainsi le challenger #1 au titre WBC :

  • Les combats Bowe vs. Holyfield et Lewis vs. Ruddock faisait partie d’un mini-tournoi duquel l’ensemble de quatre combattants s’étaient mis en accord pour que les deux gagnants puissent s’affronter dans un combat de championnat pour le statut de roi incontesté des lourds.

Le manager de Bowe, Rock Newman, a alors fait une proposition : Que la bourse de 32 millions $ offerte par HBO soit partagée 90-10 en faveur de Bowe ; une offre que Lennox Lewis a aussitôt rejetée :

  • Le manager de Lewis, Frank Maloney, a rejeté une autre offre de 2 millions pour que Lewis puisse combattre en sous-carte de Bowe, disant ne pas faire confiance envers le camp Bowe suite aux précédentes négociations financières.

Bowe a répondu en tenant une conférence de presse dans laquelle il a jeté sa ceinture mondiale WBC dans une poubelle et il l’a abandonnée dans le but de protester en lien avec les actions du WBC et le président du WBC, José Sulaiman concernant le partage des bourses.

La première défense des titres en possession de Bowe est survenue, le 6 Février 1993, alors que Bowe a combattu le boxeur de 34 ans, l’ex-champion Michael Dockes, au Madison Square Garden, dans la ville de New York. Bowe lui a passé le knockout au 1er round.

À son combat suivant, le 22 Mai 1993, au RFK Stadium, à Washington D.C., Bowe a conservé son titre en passant le knockout à Jesse Ferguson, au 2e round :

  • Ce résultat a alors mis la table pour un rematch avec Evander Holyfield.

Bowe vs. Evander Holyfield 2

Le 6 Novembre 1993, dans le rematch avec Holyfield (29-1), au Caesars Palace, à Las Vegas, Bowe s’est présenté au combat avec un surplus de poids. Il a amorcé son camp d’entraînement en montrant un poids de 266 lbs, et il a fait osciller la pèse personne à 246 lbs, soit 11 lbs plus lourd qui ne l’a été lors que premier combat avec Holyfield :

  • Dans ce combat, Bowe et Holyfield se sont échangés des frappes avec mauvaises intentions.
  • Une fois l’annonce du verdict, Bowe s’est alors fait soutirer ses ceintures par Holyfield après avoir perdu le combat par décision majoritaire.

Le combat est aussi resté gravé dans la mémoire des gens, alors qu’un parachutiste nommé James « Fan Man » Miller a pénétré du haut du Ceasars Palace et il est atterri sur les câbles de l’arène dans le coin de Bowe :

  • Cette scène surréelle, qui survenue au 7e round du combat, eut pour effet d’avoir retardé l’affrontement durant tout près d’une demi-heure.
  • Bowe avait déclaré après qu’il a pensé que le verdict du combat aurait dû être un « nul technique » ou un « no contest » jugeant que le combat s’est déroulé de manière injuste à cause du délai.

Il revient en force après cette défaite

En Août 1994, Bowe a disputé deux combats de retour. Il a fait face à un combat moins imposant que lui, Buster Mathis Jr. (14-0) :

  • Un duel qui a été jugé comme un « no contest » du fait que Bowe a frappé Mathis de manière soi-disant accidentelle alors que celui-ci s’était retrouvé au sol.

En Décembre 1994, Bowe, qui avait frappé Larry Donald (16-0) lors de la conférence de presse d’avant-combat, a ensuite défait son opposant par décision unanime dans un combat de 12 rounds pour le titre WBC Continental des Amériques des lourds :

  • Il a donc infligé une première défaite à Donald en 17 combats.

Bowe champion WBO des lourds, Remporte sa trilogie avec Holyfield

Le 11 Mars 1995, Bowe s’est emparé du titre mondial WBO des lourds en infligeant six knockdowns à l’Anglais, Herbie Hide (26-0), en route vers un victoire par knockout, au 6e round.

Le 17 Juin 1995, alors que la friction était présente entre les deux boxeurs, Bowe a défendu son titre WBO des lourds face à un ancien rival chez les amateurs, Jorge Luis Gonzalez (23-0), au MGM Grand, à Las Vegas :

  • Le battage médiatique d’avant-combat a été ponctué de propos bizarres, notamment lorsque Gonzalez a déclaré vouloir se nourrir du cœur de Bowe en faisant le parallèle comme quoi lui il était un lion et Bowe une hyène.
  • Bowe a finalement remporté ce combat par knockout, au 6e round.
  • Il a peu de temps après laissé vacant son titre de championnat WBO.

Le 4 Novembre 1995, après le combat avec Gonzalez, Bowe a disputé une trilogie avec Evander Holyfield (31-2), au Caesars Palace, à Las Vegas :

  • Holyfield a été crédité d’un knockdown sur Bowe dans le combat, mais Bowe a gardé son calme, a persévéré, et il a stoppé Holyfield au 8e round.

Bowe vs. Andrew Golota 1 et 2

Après avoir défait Holyfield dans le troisième combat, Bowe a affronté le poids lourd invaincu, le Polonais Andrew Golota (28-0), au Madison Square Garden, dans la ville de New York, dans un événement sur HBO Boxing :

  • Les problèmes de poids de Bowe ont alors refait surface, alors que le favori est entré dans le ring en affichant son plus lourd poids en carrière, soit 252 lbs.
  • Alors qu’il était en avance sur les cartes des juges, Golota a été pénalisé quelque fois pour avoir porté des coups bas, et il a été finalement disqualifié, au 7e round, pour avoir maintes fois portés des coups sur les testicules de Bowe.

Quelques secondes après la disqualification de Golota, l’entourage de Bowe s’est rué dans le ring pour attaquer Golota avec un appareil radio émetteur-récepteur (Golota a échangé des coups avec l’un d’eux, ce qui lui a nécessité 11 points de suture pour fermer la plaie causée par la radio).

  • L’entourage de Bowe a aussi agressé l’entraîneur de Golota alors âgé de 74 ans, Lou Duva, qui s’est affaissé dans le ring et qui a été transporté en dehors de l’arène sur une civière.
  • L’entourage a amorcé l’émeute en combattant avec des spectateurs, le staff, et les agents de police, ce qui a résulté à un bon nombre de blessures avant que les gens ne soient forcés de quitter l’aréna dans qui fut une situation devenue incontrôlable.

Le combat a fait les manchettes dans plusieurs émissions, incluant SportsCenter, et le public a alors montré un grand intérêt pour un rematch. Le rematch Bowe vs. Golota 2 a été à l’affiche sur pay-per-view :

  • Golota, après avoir envoyé Bowe au tapis, au 1er round, et visité à son tour le canevas plus tard, était en avance sur les pointages des juges.
  • Golota a été à nouveau disqualifié, au 9e round, pour avoir porté des coups sur les testicules.
  • Or, cette fois il n’y a pas eu une émeute, mais le camp Golota a sans succès déposé un protêt pour renverser le résultat du combat.
  • Le combat a plus tard été diffusé sur un documentaire de HBO – Legendary Nights : The Tale of Bowe-Golota.

Son retour à la boxe

Le 25 Septembre 2004, après une période d’inactivité de sept années et demi, Bowe a effectué un combat de retour en passant le knockout à Marcus Rhodes (29-25-1), au 2e round.

Lors de son combat suivant, en Avril 2005, Bowe qui avait un excès de poids a battu de justesse le journeyman Billy Zunbrun (18-5-1), par décision partagée, dans un duel de 10 rounds.

Le 13 Décembre 2008, avec l’aide de son manager Bob Bain, Bowe, 41 ans, est retourné dans le ring pour la première fois en trois années et demi en sous carte du combat de championnat entre Wladimir Klitschko et Hasim Rahman, à Mannheim, en Allemagne, et il a remporté une victoire par décision unanime dans un combat de 8 rounds, face à Gene Pukall.

Son héritage et sa réputation

La fiche professionnelle de Riddick Bowe est de 43 victoires et 1 défaites, avec 33 knockouts.

Dans l’autobiographie du vétéran ex-arbitre Mills Lane, Let’s Get It On, qui a officialisé quelques-uns des combats de Bowe, il a professé que Bowe aurait pu être l’un des plus grands boxeurs mais qu’il a bêtement gaspillé cette opportunité dû à son immaturité et son manque de discipline.

Le poids dont Bowe a affiché au fil du temps dans sa carrière est passé de 218 lbs à 271 lbs (98.9 kg à 123 kg). À son apogée, il a montré un poids variant entre 235 lbs et 245 lbs (107 kg à 111 kg). Ce fut dans cet intervalle de poids que Bowe a obtenu ses victoires les plus significatives en carrière.

BoxRec classe Bowe comme le 32e meilleur poids lourd de tous les temps. En dépit du fait qu’il a échoué quant à atteindre son plein potentiel, Bowe avait néanmoins les habiletés pour rivaliser avec les meilleurs poids lourds de tous les temps, lui qui a eu une carrière professionnelle de 45 combats.

Réputé pour ses habiletés en in-fighting, son jab et ses beaux enchaînements, le premier combat de Bowe avec Evander Holyfield est considéré comme l’un des plus beaux combats de championnat du monde de tous les temps chez les lourds.

Suite à cette victoire, Bowe a rencontré Nelson Mandela lorsqu’il a visité l’Afrique du Sud.

L’entraîneur de Bowe à ce moment, Eddie Futch, a déploré que dès son retour, Bowe a échoué quant à retrouver sa forme physique qu’il avait eu lors de ses combats précédents.

Pourtant, aussi tard qu’en 1995 et passé son apogée, Bowe avait été suffisamment bon pour devenir le premier boxeur à avoir stoppé Evander Holyfield.

Il a aussi surclassé et stoppé le boxeur amateur Cubain alors invaincu chez les pros, Jorge Luis Gonzalez, et il a passé le KO le Britannique Herbie Hide, mettant ainsi la main sur le titre mondial WBO des lourds.

En 2017, The Ring magazine a classé Bowe comme le 19e meilleur poids lourd de tous les temps dans un vote effectué auprès de 30 entraîneurs, matchmakers et membres des médias de la boxe :

  • Le consensus a été que Bowe, qui a été décrit à la fois comme « super talent » et un « talent gaspillé », n’a livré qu’un seul très grand combat lorsqu’il a remporté le titre face à Holyfield, et qu’il a ultimement déçu en gaspillant ses habiletés naturelles dû à la paresse.

La réputation de Bowe a été entachée du fait qu’il a combattu des combats de piètres qualités en tant que champion (Michael Dokes et Jesse Ferguson) avant de perdre son titre face à Holyfield dans leur rematch.

Bowe a aussi été fortement critiqué pour avoir abandonné son titre WBC plutôt que de l’avoir défendu face à son challenger obligatoire Lennox Lewis, ce qui a fragmenté le championnat incontesté jusqu’au moment où Lewis eut unifié les titres, en 1999.

Bowe a la distinction d’être le premier boxeur toute division confondue à avoir détenu tous les quatre titres majeurs de championnat du monde (WBA, WBC, IBF et WBO) durant sa carrière.

Cet accomplissement a depuis été réalisé par d’autre boxeurs tels : Bernard Hopkins (poids moyens), Jermain Taylor (poids moyens), Winky Wright (poids super-moyens), Joe Calzaghe (poids super-moyens), Floyd Mayweather Jr. (poids mi-moyens), Terence Crawford (poids super-légers), et Cecilia Braekhus (poids mi-moyens).

Seuls Hopkins, Taylor, Crawford et Braekhus ont détenu tous les quatre titres simultanément.

La seule défaite de Bowe est survenue lorsqu’il a affronté Holyfield, en 1993, et il a vengé cette défaite en 1995, ce qui signifie qui a complété leur trilogie en remportant 2 victoires en 3 combats.

À l’exception du no-contest, en 1994, avec Buster Mathis Jr., Bowe a défait chacun de ses opposants auxquels il a fait face dans les rangs professionnels.

Avec les Gene Tunney, Rocky Marciano, Sultan Ibragimov, et Nikolai Valuev, Bowe est l’un des cinq ex-champions des lourds à n’avoir jamais perdu un combat avant la limite durant sa carrière.