Biographie

Roy Levesta Jones Jr. (né le 16 Janvier 1969), est boxeur professionnel Américain, commentateur de boxe, entraîneur de boxe, rappeur, et acteur, qui a obtenu la citoyenneté Américaine et Russe.

Jones a été six fois ex-champion du monde dans quatre divisions de poids, lui qui a détenu des titres chez les poids moyens, super-moyens, mi-lourds, et les lourds, et il est le seul boxeur de l’histoire à avoir débuté sa carrière en tant que mi-lourds pour ensuite remporter un titre chez les lourds.

En tant que boxeur amateur, il a représenté les États-Unis aux Jeux Olympiques d’Été de 1988, remportant la médaille d’argent dans la division des super-mi-moyens.

Jones, qui a été considéré par plusieurs comme l’un des meilleurs boxeurs de tous les temps, livre pour livre, a laissé sa marque dans l’histoire du sport lorsqu’il a remporté le titre WBA des lourds, en 2003, devant ainsi le premier ex-champion du monde des poids moyens à avoir gagné un titre des lourds en 106 ans.

Jones est aussi devenu champion du monde incontesté des mi-lourds, en 1999, en unifiant les titres WBA, WBC, et IBF.

Durant son apogée, Jones s’est fait connaître en tant que boxeurs par ses attributs exceptionnels que furent sa vitesse, son athlétisme, ses mouvements et ses réflexes.

The Boxing Writters Association of America (BWAA) a nommé Jones en tant que Combattant de la Décennie dans les années 1990s.

Jones a été désigné le Combattant de l’Année par The Ring magazine, en 1994, et il a aussi été nommé le Combattant de l’Année, en 2003, par the World Boxing Hall of Fame, et il a remporté à trois reprises le trophée Best Boxer ESPY Award (1996, 2000, et 2003).

Sa jeunesse

Roy Jones Jr. est né d’une famille dont la boxe était une tradition pour elle. Son père, Roy Jones Sr., un ancien combattant de la guerre du Vietnam, a reçu la médaille Bronze Star après être venu au secours d’un autre soldat, était aussi, en tant que boxeur ayant évolué chez les poids moyens.

Roy Jones Sr. a combattu Marvin Hagler, le 10 Juin 1977, en sous carte du combat Sugar Ray Robinson vs. Vinnie DeBarros. Hagler avait alors stoppé Jones Sr., au 3e round.

Sa carrière amateur

Jones a remporté les National Junior Olympics des États-Unis en 1984 dans la division des 54 kg, les National Golden Gloves des États-Unis dans la catégorie des 63 kg, et les National Golden Gloves des États-Unis en 1987 chez les 71 kg.

Il a mis fin à sa carrière amateur en montrant une fiche de 121-13.

Jones a représenté les États-Unis lors des Jeux Olympiques de Séoul en 1988, où il gagné la médaille d’argent. Il a dominé ses opposants sans avoir perdu un seul round jusqu’à ce qu’il eût atteint la finale.

Sa bonne prestation en grande finale a suscité la controverse puisqu’il a perdu le combat aux points (3-2) face au combattant Sud-Coréen Park Si-Hun malgré qu’il eût nettement dominé Park durant trois rounds, portant 86 coups sur la cible comparativement à 32 pour Park :

  • Apparemment, Park s’est lui-même excusé à Jones après que l’arbitre s’est adressé à Jones en disant être stupéfait par la décision des juges.
  • Un des juges qui, ayant admis peu de temps après qu’il y a eu faute dans la décision des trois juges qui ont voté contre Jones, a éventuellement été suspendu.
  • Le commentateur sportif, Marv Albert, qui a décrit le combat sur la chaine de télé Américaine NBC, a rapporté que les juges de la Hongrie et de l’Union Soviétique ont remis des cartes de pointage en faveur de Jones, tandis que ceux du Maroc et de l’Uruguay ont favorisé Park.
  • Le cinquième juge provenant de l’Uganda a remis un pointage nul, et donc le résultat du combat s’est décidé selon d’autres critères.
  • Une enquête officielle du Comité International Olympique (CIO) qui s’est terminé en 1997, a révélé que quoique les juges fautifs ont été invités à un diner arrosé par les organisateurs Sud-Coréen, il n’y a eu aucune évidence de corruption dans les événements de boxe à Séoul.

En tant que boxeur, Jones s’est vu accorder le trophée Val Barker ; un honneur attribué au meilleur styliste des Jeux de 1998, ce qui fut la troisième et dernière fois jusqu’à ce jour dans l’histoire que le trophée n’a pas été accordé à un médaillé d’or :

  • Cet incident a forcé les organisateurs des Jeux Olympiques d’établir un nouveau système de pointage pour la boxe Olympique.

Sa carrière professionnelle

Tôt dans sa carrière

Lorsque Jones a tourné professionnel, il avait déjà fait du sparring avec plusieurs boxeurs professionnels, entre autres avec le champion NABF Ronnie Essett, le champion IBF Lindell Holmes, et avec le légendaire Sugar Ray Leonard.

Jones a fait ses débuts dans les rangs professionnels, le 6 Mai 1989, en passant le knockout à Ricky Randall (6-15), au 2e round, à Pensacola, au Bayfront Auditorium.

Jones a livré son combat suivant face au boxeur expérimenté, Stephan Johnson (9-2), à Atlantic City, qu’il a vaincu par knockout, au 8e round.

Jones s’est bâti une fiche de 15-0 avec 15 knockouts avant d’affronter des boxeurs de plus grandes qualités.

Jones a alors affronté l’ex-champion du monde des poids mi-moyens, Jorge Vaca (48-9-1), dans un duel sur pay-per-view, le 10 Janvier 1992 :

  • Il a mis knockout Vaca, au 1er round, ajoutant une 16e victoire obtenue avant la limite en autant de combats.

Après que Jones eût ajouté un autre KO, Jones a disputé un duel qui a atteint la limite face au futur champion, Jorge Castro (70-3-2), remportant le combat de 10 rounds par décision sur la chaine de télé Américaine USA National.

Jones champion des poids moyens

Roy Jones vs. Bernard Hopkins

Jones a tenté pour la première de faire la conquête d’un titre mondial, le 22 Mai 1993. Il a battu le futur champion incontesté des poids moyens, Bernard Hopkins (22-1), par décision unanime, à Washington D.C., capturant du coup le titre de championnat IBF des poids moyens :

  • Jones s’est vu accorder la victoire par les trois juges qui ont remis des pointages identiques de 116-112.
  • Jones a placé 206 de ses 594 punchs lancés (35%) et Hopkins 153 de ses 670 frappes lancées (23%).
  • Jones a affirmé qu’il s’est présenté dans le ring avec une main droite fracturée, mais qu’il a tout de même su avoir le dessus sur Hopkins et remporter une décision unanime.
  • Jones a rappelé musicalement au monde qu’il était blessé dans son single à succès « Ya’ll Must’ve Forgot », plus tard dans sa carrière.

À son combat suivant, Jones a combattu un autre futur champion du monde, Thulani Malinga (35-8), dans un duel sans titre à l’enjeu :

  • Jones a battu Malinga par knockout, au 6e round.

Jones a clos l’année avec une autre victoire, battant Fermon Chirino (12-7-2), par décision.

En 1994, Jones a défait Danny Garcia (25-12), par knockout, au 6e engagement.

Jones a ensuite conservé son titre IBF en disposant de Thomas Tate (29-2), au 2e round, à Las Vegas, le 27 Mai 1994.

Jones champion des super-moyens

Roy Jones vs. James Toney

Le 18 Novembre 1994, Jones a été schedulé dans un duel avec le champion IBF des super-moyens invaincu, James Toney (44-0-2), au MGM Grand, à Las Vegas :

  • Invaincu en 46 combats, Toney occupait alors un meilleur classement au sein des meilleurs boxeurs livre pour livre (P4P).
  • Le combat qui a eu pour nom « The Uncivil War », Toney vs. Jones a été un duel sur PPV fort attendu. Jones, pour la première fois de sa carrière, était vu comme le négligé.
  • Lors de ce combat de 12 rounds que Jones a remporté par décision unanime, Jones a montré tout l’étendue de son talent. Tout en mouvement, Jones a utilisé sa vitesse et son athlétisme pour dicter l’action, et il a placé sur la cible de vives combinaisons alors que Toney boxait en mettant de la pression.
  • Jones a enregistré un flash knockdown, au 3e round, en surprenant Toney avec un explosif crochet de gauche, au moment où Toney a cherché à le provoquer.
  • Ring magazine a affirmé que cette performance livre par Jones dans un combat d’importance fut la plus dominante dans les 20 dernières années.
  • Jones a atteint la cible avec 285 de ses 614 coups lancés (46%), et Toney 157 sur 451 (35%).
  • Jones a été en avance sur les trois cartes des juges (117-110, 119-108, et 118-109).
  • Le combat a généré 300 000 achats sur pay-per-view (PPV).

Jones effectue diverses défenses de titres

En 1995, Jones a défendu avec succès son titre mondial des super-moyens à de multiples occasions.

Jones a débuté l’année en mettant knockout l’aspirant #1 de l’IBF, Antoine Byrd (26-4-1), au 1er round :

  • Ceci fut alors la première fois qu’un combat de championnat s’est tenu dans sa ville natale, à Pensacola.

Dans un duel qui a eu pour nom « The Devil & Mr Jones », Jones a fait face à l’ex-champion IBF des poids légers, Vinny Pazienza (40-5), qu’il a défait au 6e round, après avoir envoyé Pazienza au tapis à trois reprises :

  • Au 4e round, Jones est devenu le premier combattant dans l’histoire du CompuBox à avoir complété le round en entier sans avoir été touché par une frappe de son opposant.
  • Pazienza avait alors lancé cinq frappes dans ce round sans avoir atteint la cible une seule fois.
  • Pour ce combat, Pazienza a reçu un garanti montant 1,35 millions $, et Jones qui a perçu un certain pourcentage de la Gate et des revenus sur pay-per-view, avait eu pour garantie d’empocher au moins 2 millions $.

Jones a ensuite battu Tony Thornton (37-6-1), au 2e round, trois mois plus tard.

En 1996, Jones a continué d’aligner les victoires, en défaisant Merqui Sosa (26-4-2), par knockout, au 2e round, et ensuite le futur champion du monde, le Québécois Éric Lucas (19-2-2), au 11e round :

  • Lorsque Jones a boxé Lucas, il était devenu le premier athlète à avoir participé à deux événements sportifs auxquels il a été payé dans la même journée.
  • Jones avait pris part à une partie de basketball le matin, et il a défendu son titre mondial de boxe à Jacksonville, en Floride, durant la soirée.

Jones a aussi tenu une conférence de presse dans le ring tout juste avant son troisième combat en répondant aux questions sur sa chaise au centre du ring pour expliquer son choix de combattre Bryant Brannon (16-0) plutôt Frankie Liles, qui lui a été son grand rival dans les rangs amateurs :

  • Jones a défait Bryant Brannon par TKO, au 2e round.

Roy Jones champion des mi-lourds

Roy Jones vs. Mike McCallum

En Novembre 1996, au Ice Palace, à Tampa Bay, en Floride, Jones a dominé et défait aux points le boxeur alors âgé de 40 ans, ex-champion du monde dans trois divisions de poids, Mike McCallum (49-3-1) :

  • Les juges du combat ont tous remis des cartes de pointage de 120-107 devant une foule de 12 000 fidèles. Jones a donc remporté le titre WBC Intérim des mi-lourds.
  • Jones a enregistré un knockdown juste avant que le son de la cloche se fit entendre, au 10e round.
  • Jones a placé au total sur la cible 254 de ses 535 punchs (47%), et McCallum 209 de ses 651 frappes (32%).
  • Jones a peu de temps obtenu le statut de champion du WBC lorsque l’ex-tenant du titre, le Français Fabrice Tiozzo a intégré la division des lourds-légers.
  • Jones empoché 2,8 millions $ pour ce combat et McCallum 750 000 $.

Roy Jones vs. Montell Griffin 1 & 2

En 1997, Jones a subi sa première défaite professionnelle, une disqualification face à Montell Griffin (26-0), au Taj Majal Hotel & Casino, à Atlantic City, au New Jersey :

  • Griffin avait été entraîné par le légendaire entraîneur, Eddie Futch, qui lui a dit comment tirer avantage des fautes et points faibles Jones.
  • Griffin s’est bâti une avance tôt dans le combat face à Jones avant que Griffin eût visité le tapis, tôt au 9e round.
  • Mais Griffin a posé un genou pour éviter d’être davantage puni, et Jones l’a frappé deux autres fois. Subséquemment, Jones a été disqualifié et il a perdu son titre. Au moment de la disqualification, Jones était en avance sur deux cartes des juges (75-76, 77-75, 76-75).

Jones a demandé un rematch immédiat face à Griffin (27-0) qui s’est tenu cinq mois plus tard, le 7 Août 1997, au Foxwoods Resort, au Connecticut :

  • Jones a repris aisément son titre mondial des mi-lourds en enregistrant un knockdown sur Griffin avec à peine 19 secondes d’écoulées au combat :
  • Jones a ensuite stoppé Griffin en portant un explosif et dévastateur crochet de gauche.
  • Le combat a eu lieu dans une salle de bingo remplie à pleine capacité par une foule de 4 500 fidèles.
  • Pour ce combat, Jones et Griffin ont chacun touché une bourse de 1,5 millions $.

Sa carrière de 1998 à 2002

En 1998, Jones a amorcé l’année en mettant knockout l’ex-champion du monde des mi-lourds, et futur champion des lourds-légers, Virgil Hill (43-2), au 4e round, en portant une foudroyante main droite au corps qui a brisé l’une des cotes de Hill.

Jones a obtenu une victoire sur le champion WBA des mi-lourds, Lou Del Valle (27-1), aux points dans un duel de 12 rounds, le 18 Juillet 1998, unifiant ainsi les ceintures WBC et WBA :

  • Jones a eu à se remettre pour la première fois en carrière d’une chute au tapis, au 8e round, et il a continué à outboxer Del Valle durant le reste du combat qu’il a remporté par décision unanime.

Jones a ensuite effectué une défense de titre face au Canadien Otis Grant (31-1-1). Il a conservé ses couronnes en disposant de Grant, au 10e round.

Jones a débuté l’année 1999 en battant par mise hors de combat l’aspirant alors classé aspirant #1 au titre du WBC, Richard Frazier (24-1).

Le 5 Juin 1999, Jones a battu le champion IBF, Reggie Johnson (39-5-1), dans un duel inégal de 12 rounds :

  • Jones est du coup devenu champion du monde incontesté des mi-lourds, et aussi le premier boxeur à avoir unifié les titres WBA, WBC, et IBF dans la même division de poids depuis Michael Spinks, en 1983.
  • Jones a durement envoyé Johnson au tapis, au 2e round, mais il s’est abstenu de finir Reggie qui a terminé le combat debout.

Pour Jones, l’année 2000 a débuté sur une bonne note, alors qu’il a défait le dur puncheur, David Telesco (23-2), par décision, le 15 Janvier, au Radio City Music Hall, conservant ainsi ses titres :

  • Jones s’était semble-il fracturé son poignet quelques semaines avant son combat et il a combattu exclusivement avec une main.

Le combat suivant de Jones est survenu dans un lieu qui a accueilli un premier événement de boxe, alors que l’Américain a fait le voyage vers la destination de Indianapolis, où il a conservé son titre, victorieux par knockout, au 11e round, sur Richard Hall (24-1), au Conseco Fieldhouse :

  • Un test antidopage effectué après le combat a montré que Jones et Hall ont tous deux testé positif à l’androstenedione ; une substance dont la prise était reconnue, à ce moment, comme légale sauf par l’IBF.
  • Les résultats de Jones lors des deux prochains tests antidopage, qui se sont avérés négatifs, ont été envoyés à la Commission de Boxe de l’Indiana.
  • L’IBF a alors choisi de ne pas prendre aucune mesure, ni contre Jones, ni contre Hall.

Jones a bouclé l’année en enregistrant une victoire par arrêt de l’arbitre, au 10e round, sur le boxeur invaincu, Eric Harding (19-0-1), à la Nouvelle-Orléans.

En 2001, Jones a lancé Round One : The Album, un CD de rap. Lors de cette année, il a conservé son titre face à Derrick Harmon (20-1), par knockout, au 10e round.

Jones a par la suite eu le dessus sur le futur champion du monde Julio Cesar Gonzalez (27-0), du Mexique, par décision unanime dans un affrontement de 12 rounds, devant une foule de 20 409 spectateurs :

  • Les trois juges avaient remis des pointages de 119-106, 118-107, 119-106, tous en faveur de Jones.
  • Pour ce choc, Jones, qui a expédié Gonzalez sur le canevas dans les rounds 1, 5, et 12, s’est mérité une bourse de 1,5 millions $. Jones a placé 192 de ses 375 coups (51%) sur la cible, et Gonzalez 91 de ses 609 coups (15%).

En 2002, Jones a conservé son titre en stoppant le boxeur Australien, Glen Kelly (28-0-1), par knockout, au 7e engagement :

  • Durant une séquence dans ce duel, Jones, a décidé de mettre ses deux mains sournoisement derrières son dos.
  • Alors que Kelly s’est porté vers l’avant en lançant son jab, Jones a évité ce jab avant de subitement placer un vif et explosif crochet de droite à la tête.
  • Kelly est alors allé au sol et il a été compte pour « 10 ».

Avant ce combat, Jones s’est vu accordé dans la controverse la ceinture de championnat The Ring.

Jones a ensuite défait le futur champion du monde classé aspirant #1 par le WBC, Clinton Woods (32-1), par knockout technique, devant une foule évaluée à 16 229 spectateurs :

  • Jones a fait son entrée sur le ring en interprétant l’une de ses chansons figurant dans son CD.
  • Le combat a été stoppé, au 6e round, après que le coin de Woods eût lancé la serviette.
  • Jones a une fois de plus dominé statistiquement au niveau des coups portés sur la cible (140 de ses 300 coups (47%), alors que son rival n’a placé que 39 de ses 166 frappes (23%).

Roy Jones devient champion du monde des lourds

Roy Jones vs. John Ruiz

Le 1er Mars 2003, au Thomas & Mack Center, à Las Vegas, Jones a défait John Ruiz (38-4-1), ce même boxeur qui a battu le vétéran pugiliste Evander Holyfield, pour le titre mondial WBC des lourds devant 15 300 fans :

  • Pour ce combat, Jones a officiellement affiché un poids de 193 lbs (88 kg) et Ruiz 226 lbs (103 kg).
  • Jones est alors devenu le premier ex-détenteur d’un titre mondial des poids moyens à avoir remporté un titre mondial chez les lourds en 106 années.
  • Jones est aussi devenu le premier combattant ayant débuté sa carrière chez les poids super-mi-moyens à avoir mis la main sur un titre mondial des lourds.
  • Jones a reçu une bourse garantie de 10 millions $ et 60 % des profits. Pour sa part, Ruiz ne s’est vu offert aucune garantie. Il a reçu 40% des profits auxquels il a eu à partager avec le promoteur Don King.
  • Jones a remporté le combat selon les trois pointages des juges (116-112, 118-110 et 117-111).
  • Selon le vice-président des opérations de HBO, Mark Taffet, le combat a généré 602 000 achats sur pay-per-view.

Roy Jones vs. Antonio Tarver 1

Jones a choisi de réintégrer la division des mi-lourds, le 8 Novembre 2003, et il a défait Antonio Tarver (21-1), a ajoutant à sa collecte le titre WBC des mi-lourds :

  • Jones était déjà champion The Ring et champion WBA (Super).
  • Jones était apparu beaucoup moins vif et plus faible après être passé des poids lourds vers les mi-lourds. Sa perte de masse musculaire s’est reflétée sur son corps vieillissant, lui qui n’avait plus les mêmes réflexes.
  • Jones a remporté le combat par décision majoritaire. Les juges lui ont accordés la victoire en remettant des pointages de 117-111, 116-112 et 114-114.

Roy Jones perd son invincibilité

Roy Jones vs. Antonio Tarver 2

Le 15 Mars 2004, Jones a fait face à Tarver (21-2), dans un rematch. Jones était vu largement favori pour remporter le combat, mais Tarver a mis knockout Jones, à 1:31 du 2e round :

  • Jones avait eu le dessus sur Tarver dans le 1er round (Tarver n’avait placé sur la cible que deux punchs au 1er round).
  • Mais au 2e round, Jones a tenté de lancer une combinaison et il a été atteint en contre par un crochet de gauche de Tarver.
  • Jones s’est remis sur ses pieds durant le compte, mais pour la première fois dans sa carrière, il n’a pas été en mesure de poursuivre le duel, constat qu’à fait l’arbitre du combat, Jay Nady.

Roy Jones vs. Glen Johnson

Le 25 Septembre 2004, Jones a tenté de s’emparer du titre mondial IBF des mi-lourds qui était détenu par son compatriote Glen Johnson (40-9-2), dans un match, au FedEx Forum, à Memphis, au Tennessee. Johnson a passé le knockout à Jones après 49 secondes d’écoulées, au 9e round :

  • Jones est demeuré sur le canevas durant trois minutes après avoir été vaincu par mise hors de combat.
  • Johnson était en avance sur les trois cartes de pointage des juges au moment du knockout (77-75, 77-75, 78-74), et il placé 118 coups sur la cible comparativement à 75 frappes pour Jones.
  • Jones a utilisé cette chute sur comme affiche sur son nouveau CD de rap, qui a été lancé, le 1er Novembre.

Roy Jones vs. Antonio Tarver 3

Après avoir passé presque une année à l’écart du ring, en y mettant l’énergie à l’entraînement tout en travaillant comme Analyste pour HBO Boxing, Jones a été schedulé dans un troisième combat avec Antonio Tarver (23-3), le 1er Octobre 2005, devant une foule de 20 895 spectateurs, au St. Pete Times Forum, à Tampa Bay, en Floride. Ce duel a été diffusé sur HBO PPV :

  • Pour seulement la seconde fois de sa carrière, Jones a été considéré comme le négligé dans ce combat.
  • Tarver a remporté le combat par décision unanime (117-111, 116-112, 116-112), alors que Jones a peiné pour tenir sur ses jambes, au 12e round.
  • Tarver a placé 158 de ses 620 punchs (25%) sur la cible et Jones 85 de ses 320 coups lancés (27%).
  • Malgré le fait qu’il était clairement en déficit aux points tôt dans le combat, Jones a semblé satisfait d’avoir atteint la limite des 12 rounds après avoir perdu par knockout lors de ses deux combats précédents.
  • Pour cet affrontement, les combattants ont empoché chacun au-delà de 4 millions $ en plus de d’être partagé les revenus sur pay-per-view ; un combat qui a généré 440 000 achats sur PPV.

Dans l’interview d’après-combat avec ESPN, Jones a dit vouloir combattre encore. Il a dit souhaiter obtenir une 4e combat avec Tarver et un autre duel avec Johnson.

Jones quitte HBO

Après avoir été défait par Tarver dans le troisième combat, Jones est retourné à ses fonctions de commentateur pour HBO World Championship Boxing, alors qu’il a commenté le combat Floyd Mayweather Jr. vs. Shamba Mitchell, le 19 Novembre 2005, et le rematch Jermain Taylor vs. Bernard Hopkins, le 3 Décembre 2005 :

  • Mais son retour auprès du réseau HBO a été de courte durée, alors que Jones a été renvoyé de son poste d’Analyste ringside, en Janvier 2006. HBO a cité le manque d’engagement de Jones quant à assister au meeting du réseau de production.

Le chemin du retour : Jones réamorce une série de victoires

Jones a décidé d’affronter Prince Badi Ajamu (25-2-1), le 29 Juillet 2006, au Qwest Arena, Boise, Idaho. Jones a défait Ajamu par décision unanime par des pointages de 119-106 (3 fois), remportant le titre WBO NABO des mi-lourds :

  • Ajamu a remporté le premier round sur les trois cartes officielles des juges. Cependant, ce fut le seul round qu’il a gagné.
  • Ajamu a aussi perdu deux points pour avoir porté des coups bas au 7e round et au 8e round.

Le rival suivant de Jones a été le boxeur de 29 ans invaincu, Anthony Hanshaw (24-0-1), le 14 Juillet 2007, au Mississippi Coast Coliseum, à Biloxi, ai Mississippi. Hanshaw était classé 11e par l’IBF chez les super-moyens :

  • Hanshaw a subi un knockdown au 11e round.
  • Jones a remporté le combat par décision unanime (114-113, 117-110, 118-109), s’appropriant ainsi le titre vacant de l’International Boxing Council des mi-lourds.

Roy Jones vs. Félix Trinidad

Le 19 Janvier 2008, Jones a fait face à l’ex-champion des 147 lbs et 154 lbs qui a été quatre fois champion du monde, le Portoricain Félix Trinidad (42-2), au Madison Square Garden, à New York City. Le combat a été disputé à un catchweight de 170 lbs :

  • Jones avait un avantage au niveau de la taille et de la vitesse et au 7e round, une courte main droite appliquée sur la tempe a envoyé Trinidad au tapis, les genoux au sol.
  • Un peu plus tard, Jones a lancé une combinaison, au 10e round, et Trinidad a visité le canevas une seconde fois.
  • Jones a été déclaré vainqueur par des pointages de 117-109 et 116-110 (2x).
  • Le combat a généré 500 000 achats sur pay-per-view, soit des revenus de 25 millions $ provenant de la télé payante. Ce fut aussi le dernier combat en carrière pour Trinidad.

Roy Jones vs. Joe Calzaghe

Après la séparation de Joe Calzaghe d’avec son promoteur Frank Warren, il a été officiellement annoncé que Roy Jones Jr. et Calzaghe ont conclu une entente pour combattre pour le titre de championnat The Ring des poids lourds, le 20 Septembre, au Madison Square Garden, dans la ville de New York, sur HBO PPV.

Cependant, Calzaghe (45-0) a laissé savoir s’être blessé à la main droite à l’entraînement, alors le combat a été reporté de quelques semaines, soit le 8 Novembre 2008 :

  • Dans le 1er round, Jones a atteint Calzaghe avec un uppercut et le Britannique a subi un knockdown en plus d’avoir subi une coupure sur l’arête du nez. Cependant, Jones n’a pas su capitaliser du knockdown.
  • Au 2e round, Calzaghe s’est mis à contrôler l’action et il a dominé Jones durant le reste du combat.
  • Alors que le combat a progressé, Jones a été puni de plus en plus sévèrement et il a été au pris avec une coupure sur son œil gauche. Le coin de Jones qui n’avait jamais vu Jones coupé avant, n’a pas su comment gérer cette coupure et Jones a eu le côté gauche de son visage couvert de sang.
  • Ultimement, Jones le duel par decision unanime, n’ayant gagné que le 1er round (10-8) sur les trois cartes officielles des juges.
  • Le public présent au combat a été évalué à 14 152 personnes.
  • Le combat a généré 225 000 achats sur pay-per-view.

Roy Jones vs. Omar Sheika

Le combat suivant de Jones a été face à Omar Sheika (27-8), le 21 Mars 2009, au Civic Center, à Pensacola, en Floride. Jones a défait Sheika par TKO, au 5e round, s’appropriant ainsi le titre vacant WBO NABO des mi-lourds :

  • Le combat a été l’événement principal sur PPV intitulé « March Badness » qui a inclus à la fois des affrontements de boxe et d’arts martiaux mixtes.
  • Sheika avait auparavant défait Glen Johnson qui a mis knockout Jones en 2004, et il s’est présenté dans ce combat après avoir perdu 6 de ses 10 derniers combats.
  • Ce fut seulement le deuxième combat de Sheika depuis Septembre 2005. Jones était quant à lui classé mondialement au 6e rang chez les mi-lourds par The Ring.

Roy Jones vs. Jeff Lacy

Le 15 Octobre 2009, Jones a battu l’ex-champion du monde des super-moyens, Jeff Lacy (25-2), au 10e round, après que le coin de Lacy eut stoppé le combat :

  • Le duel qui a eu pour nom « Hook City » a eu lieu au Coast Coliseum, au Mississippi.
  • Lacy n’avait jamais été stoppé avant ce combat.
  • Lacy a tenté de coincer Jones dans les câbles tout au long du combat, mais Jones n’a pas été dérangé par cette tactique et il a semblé davantage préoccupé à propos de s’amuser avec la foule que de recevoir les coups de Lacy.
  • Il y a eu une discussion dans le coin de Lacy, après le 9e round, au sujet de mettre fin au combat, mais Lacy a convaincu son équipe de lui donner un autre round.
  • Jones a porté 249 de ses 500 coups (50%) sur la cible, et Lacy 104 sur 429 frappes (24%).
  • Jones était en avance sur les trois cartes des juges au moment de l’arrêt du combat (99-91, 100-89, 98-92).

Défaites consécutives

Roy Jones vs. Danny Green

Le 2 Décembre 2009, Roy Jones a été schedulé dans un combat avec le boxeur Australien Danny Green (27-3), à Sydney, en Australie. Dans les semaines qui ont menées au combat, il y a des reportages dans les journaux indiquant les difficultés de Jones de se trouver des partenaires de sparring en Australie :

  • Suite aux délais d’avant-combat dû aux protestations liés aux bandages des mains, Danny Green a défait Jones par TKO, au 1er round.
  • Jones a initialement été bienveillant en été humble dans la défaite, en disant :

« Nous ne trouvons pas d’excuses, ce fut une très bonne performance de Danny. »

  • Cependant, moins d’un mois plus tard, Jones a déposé une plainte officielle, accusant Green d’avoir utilisé des bandages illégaux et il a demandé à ce que sa défaite soit changée soit modifiée, mais la décision est demeurée inchangée.

Quoique le rematch de Jones avec Hopkins a été remis en question après la défaite de Jones, les deux parties en sont officiellement venues à une entente, en Février, pour un combat, le 3 Avril 2010.

Roy Jones vs. Bernard Hopkins 2

Roy Jones Jr. et Bernard Hopkins (50-5-1) se sont affrontés dans un rematch, le 3 Avril 2010, au Mandalay Bay Resort & Casino, à Las Vegas, 17 années après leur premier affrontement :

  • Jones est entré dans le ring en montrant une fiche de 5-5 à ses 10 derniers combats livrés depuis Mai 2004, alors que Hopkins avait un dossier de 4-1 depuis Juin 2006.
  • Après avoir atteint la limite, Hopkins s’est vu attribuer la victoire par décision unanime par des pointages de 118-109, et 117-110 (2x).
  • Hopkins a placé 184 de ses 526 punchs sur la cible (35%), et Jones 82 sur 274 (30%).
  • Hopkins s’est laissé tomber sur ses genoux dans le vestiaire, drainé par ce brutal combat et exténué à la toute fin après avoir obtenu sa revanche 17 années après leur premier combat.
  • Le combat a généré 150 000 achats sur PPV.

Roy Jones vs. Denis Lebedev

En Février 2011, Vladimir Hryunov a confirmé que les négociations étaient en cours pour que Denis Lebedev (21-1) puisse combattre Jones, à Moscou.

Lebedev venait de subir une défaite controversée par décision partagée face à Marco Huck.

À ce moment, Lebedev était classé #4 par The Ring chez les lourds-légers.

Le 24 Mars, une entente a été conclue à laquelle Jones allait recevoir une bourse de 500 000 $. Le combat prévu pour 10 rounds a eu pour nom : « The Battle of Two Empires » (La Bataille des deux Empires), a été annoncé pour le 22 Mai, au Dynamo Palace of Sports, à Krylatskove :

  • Lebedev a stoppé Jones avec seulement 2 secondes restantes à leur duel prévu pour 10 rounds.
  • Après le 9e round, les pointages de juges étaient de 87-84, 85-86, 90-81.
  • La controverse est survenue quand Lebedev a frappé Jones lorsque ce fut, selon certains, clair que Jones n’était plus apte à combattre.
  • Jones mis KO sur le canevas a pu retrouver ses sens après 5 minutes alors que l’équipe médicale était à ses côtés.

Après le combat, Lebedev a dit ne pas avoir à s’excuser au sujet de l’incident.

L’arbitre Steve Smoger a aussi été accusé d’incompétence puisque qu’il n’a pas stoppé le combat même si Jones ne se défendait plus, et donc Jones a subi des dommages excessifs. Dans une déclaration après le combat, Smoger a dit :

« Je n’ai pas stoppé le combat puisque ce n’était qu’une question de secondes avant que le combat ne prenne fin et il m’est apparu que Roy a cherché à tromper son opposant. Il a fait cela à répétitions dans le combat. Alors j’ai pensé que Jones faisait la même chose à ce moment, tenter de décevoir Lebedev dans les dernières secondes du combat de manière à tromper Denis dans sa tentative de porter une dure frappe (ce dont Jones a pu faire dans les rounds précédents). »

Jones, alors interrogé à propos du punch qu’il a reçu a répondu :

« Je le pardonne. »

Poids lourd-légers

Roy Jones vs. Max Alexander

Jones a obtenu une victoire sur Max Alexander (14-5-2), dans un combat de 10 rounds, par décision unanime, le 10 Décembre 2011, à Atlanta, mettant fin à une séquence de trois défaites.

  • Jones a ainsi remporté le titre de championnat Intercontinental Universal Boxing Organization (UBO) des poids lourds-légers.
  • Les trois juges ont remis des pointages tous en faveur de Jones (100-90, 100-90, 99-91).
  • Jones a rarement forcé l’action lors de 7 premiers rounds, mais il a placé plusieurs combinaisons au 8e et 10e round pour battre Alexander.

Après le combat, Jones a déclaré :

« Je me sens extrêmement bien. Je veux la ceinture des lourds-légers, le titre mondial. Ceci n’est que le début. Ma carrière n’est pas terminée. »

Roy Jones vs. Pawel Glazewski

Jones était supposé combattre le boxeur Dawid Kostecki (39-1) dans un duel de 10 rounds, au Atlas Arena, en Pologne :

Quelques jours avant le combat, Kostecki a été arrêté, le 19 Juin, et il été condamner à purger une peine de 2 années et demi pour avoir commis l’infraction d’avoir organisé un réseau de prostitution.

Jones a négocié son entente avec 12 Knockout Promotions, la firme de promotion du combat, la firme lui avait assuré que Kostecki n’allait pas purger sa sentence avant qu’il y ait la tenue du combat.

12 Knockout Promotions a tenté de sécuriser une liberté provisoire pour Kostecki, mais sans succès.

Pawel Glazewski (17-0), qui a été en mode attente toute la semaine, a donc été désigné comme remplaçant, le 30 Juin 2012 :

  • Jones a défait Glazewski par décision partagée (96-93, 94-95 et 96-94). Il y a eu une certaine controverse dans la décision.
  • Plusieurs fans ont cru que Jones a reçu la faveur des juges du fait qu’il s’enlignait pour challenger le champion WBC des lourds-légers, Krzysztof Wlodarczyk.

Roy Jones vs. Zine Eddine Benmakhlouf

Le 21 Décembre 2013, Jones a défaitZine Eddine Benmakhlouf (17-3), par décision unanime, pour le titre vacant WBU des lourds-légers, au Dynomo Palace of Sports, à Krylatskove, à Moscou, en Russie :

  • Le combat est a été promu sous le nom de « Winner Takes All », avec le gagnant qui allait empocher la bourse en entier.
  • Benmakhlouf a mis un genou au sol après que Jones l’a ébranlé en portant un crochet de gauche, au 3e round.
  • Les juges ont remis des pointages de 120-108, 119-109, et 118-111.

Roy Jones poursuit sa série de victoires

Jones a combattu au Kipsala International Exhibition Centre, en Lettonie, alors qu’il a défait Courtney Fry (18-5), alors que le coin de son rival eut stoppé le combat après la fin du 5e round, le 26 Juillet 2014 :

  • Jones était en avance sur les trois cartes des juges à la fin du 5e round, (50-44, 50-44 et 50-45).

Le 26 Septembre 2014, Jones a défait Hany Atiyo (14-2), par knockout, au 1er round, après 75 secondes. Le combat s’est tenu devant une salle remplie à pleine capacité, au Basket Hall, à Krasnodar, en Russie :

  • Jones a donc aligné un deuxième knockout suite et une cinquième victoire consécutive.

Le combat suivant de Jones, pour la première fois en quatre ans, a eu lieu aux États-Unis, au Cabarrus Arena, à Concord, en Caroline du Nord, duquel Jones a vaincu Willy Williams (14-8-2), via TKO au 2e round :

Avant la fin du même mois, le 28 Mars, Jones est à nouveau retourné dans l’arène, cette fois versus Paul Vasquez (10-6-1), qu’il a défait par TKO, au 1er round, pour le titre WBU des lourds-légers (la version de l’Allemagne), au Pensacola Bay Center, en Floride.

Le 16 Août 2015, Jones a enregistré sa 62e victoire dans les rangs professionnels et sa 45e victoire par knockout en battant Eric Watkins (12-9-2), par knockout, au 6e round.

Roy Jones vs. Enzo Maccarinelli

En Octobre 2015, il fut annoncé que Jones allait combattre l’ex-champion WBO des lourds-légers âge de 35 ans, Enzo Maccarinelli (40-7), pour le titre mondial WBA « Super ». Cependant, cela a été une fausse rumeur.

Il a cependant été annoncé que les deux allaient disputer un affrontement, le 12 Décembre 2015, dans un duel au poids des lourds-légers sans titre à l’enjeu, au VTB Arena, à Moscou.

  • Ceci fut le premier combat de Jones depuis qu’il avait obtenu la citoyenneté Russe et Jones a tenté d’obtenir une 8e victoire consécutive (ses quatre derniers combats avaient atteint la limite).
  • Après 3 rounds âprement disputés, Maccarinelli a commencé à prendre le contrôle du combat à mi-chemin dans le 4e round.
  • Maccarinelli a envoyé Jones au tapis en portant un uppercut. Jones a battu le compte visiblement éprouvé Jones a retraité dans le câble les mains portés devant son visage durant une dizaine de secondes. Après avoir encaissé quelques uppercut set un crochet de droite, Jones s’est affaissé sur le canevas.
  • L’arbitre Ingo Barrabas a signalé la fin du combat dans ce qui fut la 9e défaite de Jones ; sa 5e par mise hors de combat.

Roy Jones vs. Vyron Phillips

Le 20 Mars 2016, Jones a combattu à Phoenix, en Arizona, au Celebrity Theater, versus le combattant des MMA de 33 ans, Vyron Phillips, qui avait gagné le droit d’affronter Jones après qu’il eut été sélectionné dans un vote sur Facebook :

  • Philipps, qui a livré son premier match de boxe, montrait une fiche de 5-3 en MMA, et 6-1 en boxe amateur.
  • Philipps allait recevoir une bourse de 100 000 $ s’il parvenait à mettre knockout Jones, mais Jones l’a envoyé au tapis, au 2e round. L’arbitre a alors stoppé le combat.

Roy Jones vs. Rodney Moore

Square Ring Promotions a annoncé, en Juillet, que Jones prévoyait faire un retour dans sa cour, au Pensacola Bay Center, à Pensacola, en Floride, le 13 Août 2016, face au journeyman Rodney Moore (17-11-2), dans un duel au poids des lourds-légers :

  • Le duel s’est tenu sur la carte « Island Fights 38 » ; une série qui combine dans le même événement des matchs de boxe et de MMA.
  • Jones avait combattu pour la dernière fois à Pensacola, en Mars 2015, lorsqu’il a défait par knockout Paul Vasquez, au 1er round.
  • La soirée du combat, devant plus de 5 000 fans. Jones a remporté un combat de 10 rounds à sens unique alors que les juges ont tous trois remis des pointages de 100-90.
  • Il a été noté que Jones avait subi une déchirure de son biceps droit, au 5e round, et il a livré le reste de l’affrontement avec une main, et il a admis après le combat que cette blessure au biceps allait nécessiter du temps pour guérir, sous-entendant que sa carrière allait prendre fin.

En Octobre, Jones a signifié son intention de poursuivre sa carrière, et donc de ne pas se retirer du sport.

Roy Jones vs. Bobby Gunn

Le 2 Décembre 2016,David Feldman Promotionsa confirmé un combat entre Jones et l’ex-prétendant à un titre mondial, Bobby Gunn (21-6-1), a été annoncé pour le 17 Février 2017, ayant pour enjeu le titre de championnat vacant WBF des lourds-légers :

  • Au moment de l’annonce, Gunn était un ex-champion IGA des lourds-légers.
  • Le combat a été rendu officiel à la conférence de presse, le 7 Décembre. Jones a parlé de son intention de combattre Gunn en disant :

« Je parviens toujours à faire les choses dont les gens ne s’attendent pas à ce que je fasse. J’ai fait la promesse à Bobby il y a de cela un bon moment que j’allais lui donner l’opportunité, et je suis un homme de parole. Le 17 Février, je vais à nouveau surprendre le monde. »

  • Lors de la pesée officielle, Jones s’est présenté à un poids de 199 lbs et Gunn 197.4 lbs.
  • Dans un combat peu intense, Jones a stoppé Gunn au début du 8e round, alors que Gunn est demeuré dans son coin, remportant le titre vacant World Boxing Foundation des lourds-légers.
  • Gunn était blessé au nez et il a été surclassé par Jones tout au long des 7 premiers rounds.

Jones a alors parlé à propos de poursuivre sa carrière de boxe :

« Tout est possible, je ne vais pas prendre une décision immédiate. Pourquoi devrais-je arrêter alors que j’ai bien paru ? … Je veux obtenir ma chance pour le titre des lourds-légers … J’ai l’intention de combattre et nous verrons ce qui adviendra dans le futur. J’ai bien paru. »

Jones a plus tard dit via On The Ropes Boxing Radio :

« Ouais, je pense que c’est ma dernière année dans la boxe, C’est ce que je dis tout le temps aux gens. »

Roy Jones vs. Scott Sigmon

Le 30 Décembre 2017, Jones a annoncé qu’il allait être de retour au Bay Center, à Pensacola, en Floride, comme tête d’affiche dans l’événement Island Fights 46, le 8 Février 2018. Jones avait auparavant été la tête d’affiche dans un événement de Island Fights (qui inclut des combats de boxe et de MMA. En parlant de cet événement, Jones a dit :

« C’est mon dernier jour au Bay Center. Je serai à l’affiche pour la dernière fois à the Bayfront … Civic Center, Pensacola, Bayfront Arena, peu importe comme vous voulez le nommer. Alors si vous voulez venir me voir pour une dernière fois à Pensacola, soyez là le 8 Février. C’est mon dernier jour ici. »

Pour ce qui devait être son dernier combat, Jones a annoncé Scott Sigmon (30-11-1) comme opposant pour un duel de 10 rounds.

Sa vie personnelle

Jones est né à Pensacola, en Floride, de deux parents très différents. Sa mère, Carol, était souple et chaleureuse, alors que son père, Roy Sr., lui, a été un marine.

En tant que combattant de la guerre du Vietnam, ex-combattant de club de boxe et ingénieur en aéronautique qui a fait l’élevage des porcs, Roy Sr. a été très rude envers son fils, se moquant de lui durant sa jeunesse en faisant du sparring avec lui, s’enrageait, criait et abusait de lui en ces temps.

Le comportement du père n’a jamais changé. Même au contraire : il était devenu plus brutal lorsque Roy Jr. grandissait.

Mais Roy Sr. voyait de bonnes raisons d’agir ainsi : il voulait faire de son fils, Roy Sr., un être assez dur pour devenir champion.

Avec cette intention, Roy Sr. a été incessant. Roy Jr. a donc constamment été envahi par la crainte vis-à-vis les agissements de son père (violence verbale et physique) envers lui.

Jones a décrit son enfance via Sports Illustrated comme ceci :

« Après un certain temps, je ne m’en faisais plus à propos d’être frappé ou de mourir. J’ai eu mal tous les jours, chaque jour. J’avais tellement peur de mon père. Il enfilait sa culotte de boxe et il se mettait à chercher tout ce que je ne faisais pas correctement. Je ne pouvais pas me défiler, ni trouver aucune excuse, rien. Me faire faire mal ou mourir aurait été mieux que de vivre ce train de vie. J’ai pensé à me tuer moi-même. »

Roy Sr. a dirigé son propre Gym de boxe, duquel il dévoué tout son temps et ses ressources financières. Il a offert de diriger un grand nombre de jeunes et il a guidé plusieurs d’entre eux afin de les tenir loin du trouble.

Mais à l’endroit de son propre fils, Roy Sr. a été impitoyable forçant Roy Jr. à déployer des efforts jusqu’à l’épuisement, criant après lui et lui faisant violence devant la présence des autres combattants.

En utilisant les oiseaux comme image pour expliquer sa situation difficile, Jones a dit dans un extrait via Sports Illustrated :

« J’ai passé toute ma vie dans la cage de mon père. Je n’ai pas pu être à mon 100 pourcent jusqu’au moment où je l’ai quittée. Mais à cause de lui, plus rien ne me préoccupe. J’ai n’ai jamais vécu quelque chose d’aussi difficile. »

Mais la violence de son père à son endroit a été en quelque sorte payante : Après avoir rapidement obtenu du succès dans sa carrière, incluant sa victoire aux National Junior Olympics, aux États-Unis, le travail acharné de Jones a commencé à payer. Il n’est pas seulement devenu célèbre, mais il est aussi devenu riche.

Selon ce qui est rapporté, les actifs de Jones ont excédé 45 millions $, en 2012.

Le 19 Août 2019, Roy Jones Jr. a fait la rencontre du président, Vladimir Poutine, à Sevastopol, en Crimée, afin d’avoir une double citoyenneté (Américaine et Russe). Il a expliqué avoir souvent l’occasion de visiter la Russie pour faire des affaires, et qu’un passeport lui éviterait de vivre des inconvénients en voyage.

Jones a donc obtenu sa citoyenneté Russe, le 12 Septembre. Dû à cela, il a été banni quant à faire son entrée en Ukraine. La Crimée est, depuis Mars 2014, l’objet d’un conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Le style de combattant de Roy Jones Jr.

Jones est reconnu pour être un combattant doté d’un style unique et inorthodoxe qui se différencie des styles traditionnels de boxe.

Son style efficace est en grande partie basé sur la vitesse de ses mains, sur son instinct, ses réflexes, son ring IQ, et aussi sur sa puissance ; des attributs qui ont fait de lui un boxeur exceptionnel lorsqu’il était à son apogée.

Il était à ce points rapide qu’il pouvait lancer en succession quatre ou cinq crochets de différents angles avec la même main. Mais il pouvait aussi varier son répertoire de coups lancés, ce qui a eu pour effet de rendre ses opposants tellement hésitants.

Jones a un style duquel il porte souvent ses mains basses et se fiant sur les mouvements de sa tête pour éviter les punchs. Il profite de ses réflexes pour esquiver les frappes et contrer ses opposants.

Jones est un maître pour s’illustrer avec ce style, et il sait comment tirer avantage de ce style, quelques fois en laissant à découvert son menton dans le but de tendre un piège à ses opposants, qui hors d’équilibre se voient aussitôt atteint par un contre de Jones.

Jones priorise rarement d’utiliser son jab, lui qui est plutôt réputé pour lancer des crochets de gauche et des directs de la main droite.

Immédiatement après son second combat avec Montell Griffin, l’ex-champion du monde des lourds, George Foreman, a fait la remarque que Jones n’a pas à lancer un jab pour préparer ses rafales de coups dû à sa vitesse d’exécution extraordinaire, et que Jones est probablement le seul boxeur de l’histoire duquel il peut dire cela. Foreman a aussi cité que Jones « frappe comme un poids lourd et qu’il bouge comme un poids léger. »

Jones fait aussi usage de nombreuses feintes pour toucher ses opposants hors d’équilibre. Il est aussi particulièrement doué pour porter des coups provenant de différents angles qui prend par surprise ses opposants.

Son style peu conventionnel est très difficile à contenir pour ses opposants qui ont du mal à trouver des partenaires de sparring pouvant simuler son style unique.

Le boxeur Montell Griffin, qui a combattu Jones à deux reprises chez les 175 lbs, et qui a fait du sparring avec Floyd Mayweather Jr., au poids de 140 lbs, a dit :

« Il n’y a pas de comparaison à faire avec Floyd en ce qui a trait à la vitesse. Roy était encore plus rapide ! »