Biographie

Lennox Claudius Lewis, né le 2 Septembre 1965, est un ancien boxeur professionnel qui a œuvré de 1989 à 2003.

Il est devenu trois fois champion du monde des lourds, deux fois champion linéaire, et il demeure le dernier boxeur poids lourd à avoir été champion incontesté.

Alors qu’il a la citoyenneté Britannique et Canadienne, Lewis a représenté le Canada chez les amateurs aux Jeux Olympiques d’Été de 1988, en gagnant la médaille d’or chez les poids super-lourds après avoir défait le futur champion du monde, Riddick Bowe, en finale du tournoi.

Lors de ses trois premières années en tant que professionnel, Lewis a remporté plusieurs championnats régionaux chez les lourds, alors qu’il a notamment remporté des titres Européens, Britanniques, et celui du Commonwealth.

Après avoir remporté ses 21 premiers combats, Lewis a défait Donovan Ruddock, en 1992 ; une victoire qui lui a permis d’occuper la position d’aspirant #1 du WBC.

Lewis a été élevé au rang de champion WBC des lourds, plus tard dans la même année, après que Riddick Bowe eût abandonné son titre de façon à éviter de défendre sa couronne face à Lewis.

Lewis a défendu ce titre à trois reprises avant d’encaisser une défaite surprise face à Oliver McCall, en 1994 :

  • Lewis a vengé cette défaite dans un rematch, en 1997, ce qui lui a permis de reprendre le titre vacant du WBC.

Lewis a remporté le titre linéaire lorsqu’il a défait Shannon Briggs, en 1988.

Suite à ses deux combats face à Evander Holyfield, en 1999, (le premier combat soldé dans la controverse par un verdict nul), Lewis est devenu champion du monde incontesté des lourds en unifiant son titre WBC avec les titres WBA et IBF de Holyfield de même que le titre IBO.

En 2000, la WBA a dépouillé Lewis de leur titre lorsque Lewis a opté pour faire face à Michael Grant plutôt que d’affronter le challenger obligatoire, John Ruiz.

Contre toute attente, Lewis a été défait par knockout face à Hasim Rahman, en 2001, mais il a vengé cette défaite plus tard dans la même année.

En 2002, Lewis a défait Mike Tyson dans ce qui fut l’un des combats les plus attendus dans l’histoire de la boxe :

  • Avant cet événement, Lewis a vu se faire accorder le titre Ring magazine des lourds qui avait été discontinué tard dans les années 1980s.

Dans ce qui allait être son dernier combat, en 2003, Lewis a défait Vitali Klitschko dans un combat sanglant.

Lewis a laissé vacant ses titres dont il avait possession, et il s’est retiré de la boxe en 2004.

Lewis s’est souvent défini lui-même comme étant « le spécialiste du pugilat ».

Lorsqu’il était dans son apogée en tant que boxeur, Lewis mesurait 6 pieds 5 pouces (1m96), sa portée était de 84 pouces (210cm), et il pesait aux alentours de 245 lbs (111 kg).

Lewis a été perçu par plusieurs comme l’un des plus grands boxeurs poids lourds de tous les temps, et aussi l’un des meilleurs combattants Britanniques de tous les temps :

  • Il a eu le 4e plus long règne en tant que champion unifié dans l’histoire de la boxe moderne avec 15 combats de championnat.
  • En 1999, il a été nommé le Combattant de l’Année par the Boxing Writters Association of America, et BBC Sports Personality of the Year.
  • BoxRec classe actuellement Lewis au 15e rang au sein des meilleurs boxeurs poids lourds de tous les temps.

Tôt dans sa vie

Lennox Lewis est né, le 2 Septembre 1965, à Londres, en Angleterre, de parents nés en Jamaïque.

À sa naissance, il pesait 4,8 kg (10 lbs et 10 onces), et il a été nommé Lennox par le docteur disant qu’il avait l’apparence d’un Lennox.

À l’âge de 12 ans, Lewis s’est installé à Kitchener, en Ontario, au Canada, en 1977. Il a fréquenté l’établissement scolaire Heights Collegiate Institute, oû Lewis a excellé au football Canadien, au soccer, et au basketball :

  • Lors de l’année scolaire 1982-83, Lewis a aidé l’équipe scolaire de basketball AAA à remporter le championnat provincial d’Ontario.

Sa carrière amateur

Lewis a éventuellement décidé de s’investir dans son sport préféré qu’est la boxe :

  • Il est devenu une figure dominante de boxe chez les amateurs notamment en reportant le titre junior amateur en 1983.

À l’âge de 18 ans, Lewis a représenté le Canada dans la division des super-lourds, aux Jeux-Olympiques d’Été de 1984, à Los Angeles :

  • Il a atteint les quarts de finale, où il a perdu par décision face à l’Américain Tyrell Biggs, qui a éventuellement remporté la médaille d’or.

Lewis a choisi de ne pas tourner professionnel après ces Jeux Olympiques, et il a plutôt combattu quatre autres années dans les rangs amateur, ayant toujours pour espoir d’avoir une seconde chance de remporter la médaille d’or :

  • Aux championnats mondiaux, Lewis a été défait dans les rounds préliminaires par Petar Stoimenov de la Bulgarie.
  • Plus tard dans la même année, Lewis a remporté la médaille d’or aux Jeux du Commonwealth.

Après qu’il eût gagné plusieurs autres titres chez les amateurs dans les années qui ont suivi, Lewis a fait le voyage vers Seoul, en Corée du Sud, afin de participer aux Jeux Olympiques d’Été de 1988, et il a réalisé son but :

  • Dans son combat en finale pour la médaille d’or, Lewis a défait le futur champion du monde des lourds, l’Américain Riddick Bowe, par arrêt de l’arbitre, au 2e round.

Au fil du temps, Lewis est devenu le premier médaillé d’or chez les super-lourds à être devenu champion du monde des lourds en boxe professionnelle.

Lors de la cérémonie de clôture des Jeux, Lewis a été désigné comme porteur de drapeau pour la Canada.

Lorsque Lewis a mis un terme à sa carrière amateur, il avait cumulé une fiche de 75 victoires (58 par knockout) et 7 défaites :

  • Ses entraîneurs de boxe dans les rangs amateurs furent Arnie Boehm et plus tard Adrian Teodorescu, qui a guidé Lewis vers le titre Olympique, en 1988.

Faits saillants

  • Championnats du Monde Junior en 1983 – Médaille d’or, poids super-lourds
  • A représenté le Canada chez les poids super-lourds aux Jeux Olympiques d’Été : A été défait par Tyrell Biggs (États-Unis) ; par décision aux points
  • Coupe de monde en 1985 – Médaille d’argent
  • Jeux du Commonwealth en 1986 – Médaille d’or, poids super-lourds
  • Jeux Panaméricains de 1987 – Médaille d’argent, poids super-lourds : A été défait par Jorge Luis Gonzalez (Cuba) en finale
  • Jeux Olympiques d’Été de 1988 – Médaille d’or, poids super-lourds : A défait Riddick Bowe (États-Unis) ; TKO 2

Sa carrière professionnelle

Tôt dans sa carrière

En ayant accompli son but, Lewis a lui-même déclaré qu’il allait tourner professionnel, et il est retourné dans son pays natif qu’est l’Angleterre.

Il a affirmé qu’il s’est toujours considéré lui-même comme un Britannique. En 2015, Lewis a expliqué ceci :

« Quand j’ai tourné pro, je me devais de retourner au Royaume-Uni pour poursuivre ma carrière. Les infrastructures pour développer les boxeurs au Canada étaient inexistantes. »

Lewis a signé avec le promoteur de boxe, Frank Moloney, et ses débuts en carrière ont été ponctués d’une série de knockouts sur des journeymans.

Après qu’il eût signé avec la firme de promotion Américaine, Main Events, Lewis a remporté le titre Européen des lourds, en 1990, face au boxeur Français, Jean Maurice Chanet (24-10).

À son combat suivant, en Mars 1991, Lewis s’est emparé du titre Britannique face au boxeur invaincu classé mondialement, Gary Mason (35-0), et en Avril 1992, Lewis a mis la main sur le titre du Commonwealth en battant Derek Williams.

Lewis est alors devenu mondialement un top 5 chez les lourds. Au cours de cette période, il a défait l’ex-champion WBA des lourds, Mike Weaver (35-15-1), le médaillé d’or Olympique Tyrell Biggs (19-4), les anciens champions du monde des lourds-légers Glenn McCrory (28-6) et Osvaldo Ocasio (22-9-1), et les journeymans Levis Billups (16-5) et Mike Dixon (10-5).

Champion du monde WBC des lourds

Le 31 Octobre 1992, Lewis a vaincu par knockout le Canadien Donovan « Razor » Ruddock (27-3-1), au 2e round, afin d’obtenir la position d’aspirant #1 au WBC :

  • Ce fut jusque-là la victoire la plus impressionnante de Lewis, et suite à ce combat, Lewis a été établi comme l’un des meilleurs poids lourds au monde. Le commentateur sportif, Larry Merchant, a déclaré :

« Nous avons un nouveau très bon poids lourd ! »

Cette victoire sur Ruddock a donc positionné Lewis en tant qu’aspirant #1 au titre de championnat des lourds de Riddick Bowe :

  • Bowe a tenu une conférence de presse pour jeter son titre WBC de façon à éviter une défense obligatoire de son titre versus Lewis.
  • Le 14 Novembre 1992, le WBC a statué Lewis comme leur champion, faisant de lui le premier détenteur d’un titre mondial des lourds d’origine Britannique dans le 20e siècle.

Lewis a défendu sa ceinture à trois reprises. Il a défait Tony Tucker (48-1) qui a visité le tapis une première fois en carrière.

Lewis a ensuite stoppé son compatriote Frank Bruno (36-3) et l’Américain Phil Jackson (30-1) :

  • Le combat Lennox Lewis vs. Frank Bruno a été le premier entre deux pugilistes Britanniques s’étant disputés une version d’un titre mondial des lourds dans l’ère moderne.

Défaite surprise de Lewis face à Oliver McCall

Lewis a perdu son titre WBC face à Oliver McCall (24-5), le 24 Septembre 1994, dans ce qui fut une énorme surprise, au Wembley Arena, à Londres :

  • McCall a placé un puissant crochet de droite qui envoyé Lewis au tapis sur son dos.
  • Lewis s’était remis sur ses pieds au compte de 6 de l’arbitre, mais ses jambes étaient quelques peu chancelantes alors que Lewis marchait vers l’arbitre en laissant voir à l’arbitre qui était étourdi.
  • L’arbitre Jose Guadalupe Garcia avait cru que Lewis n’était pas en mesure de continuer et il a stoppé le combat, donnant à McCall le titre par knockout technique.
  • Lewis et d’autres ont argumenté que l’arrêt du combat s’est fait de façon prématurée et que le champion aurait dû mériter le bénéfice du doute.
  • En dépit des protestations faites par le camp Lewis, l’éditeur Glynn Leach de Boxing Monthly a affirmé que Lewis a semblé avoir retrouver ses sens que lorsque le combat a été stoppé, et que selon l’avis de tout le monde présent ringside avec qui il a entretenu une discussion, la décision prise par l’arbitre fut correcte.

Après le combat, Lewis a vu la nécessité d’avoir un nouvel entraîneur pour remplacer Pepe Corea, avec qui il lui était devenu difficile de travailler :

  • Corea a dénoncé Lewis en public après qu’il eut été congédié.

Le coach de grande renommée, Emanuel Steward, qui a été l’entraîneur de McCall durant leur combat, a été le choix de Lewis :

  • Même avant le combat avec McCall, Steward voyait beaucoup de potentiel en Lewis et il a immédiatement exprimé son désir de travailler avec lui.
  • Steward a corrigé plusieurs failles dans la technique de Lewis, ce qui inclut de boxer en maintenant davantage son équilibre, de moins se fier sur sa main droite, et de centrer son focus sur son jab qu’il doit lancer avec plus de force et d’autorité ; ce qui est devenu ultérieurement une arme indispensable pour Lewis durant le reste de sa carrière.
  • Leur partenariat a duré jusqu’au moment où Lewis a pris a retraite, alors que les deux se sont mutuellement lancés des éloges de manière permanente.

Lewis reprend son titre WBC

Dans ce qui fut son premier combat à son retour, Lewis s’est vu offrir la chance de combattre pour obtenir le statut d’aspirant obligatoire au titre du WBC, et il a remporté ce combat par knockout face à l’Américain Lionel Butler (22-10-1).

Cependant, à la demande du promoteur Don King, le WBC a contourné Lewis en donnant tout d’abord à Mike Tyson la chance de combattre pour le titre WBC détenu par Britannique Frank Bruno, qui venait de vaincre Oliver McCall. Bruno avait déjà auparavant perdu face à Lewis et Tyson.

Lewis occupait la position d’aspirant #1 au titre du WBC alors qu’il avait mis knockout l’Australien, Justin Fortune (11-2-1).

Lewis a ensuite défait Tommy Morrison (45-2-1), le 7 Octobre 1995.

Son combat suivant a été face au médaillé d’or Olympique et ex-champion WBO, Ray Mercer (23-3-1) ; un duel serré que Lewis a remporté par décision majoritaire, le 10 Mai 1996.

Lewis a poursuivi avec succès Tyson, afin que ce dernier puisse faire une défense obligatoire de son titre WBC contre lui :

  • Lewis avait reçu une bourse garantie de 13,5 millions $ pour combattre Tyson mais Lewis a refusé.
  • Cela aurait été la plus grosse bourse de Lewis à ce moment.

Lewis a plutôt accepté 4 millions $ de la part de Don King pour être mis de côté, et permettre à Tyson d’affronter Bruce Seldon avec la garantie que si Tyson défait Seldon, que celui-ci allait ensuite combattre Lewis.

Après qu’il eût remporté le titre WBA face à Seldon, Tyson a abandonné son titre WBC pour combattre Evander Holyfield plutôt que Lewis :

  • Le WBC a alors déclaré leur titre WBC vacant.

Cela a mis la table pour un rematch entre Lewis et McCall (28-6), qui se sont affrontés, le 7 Février 1997, à Las Vegas, pour le titre WBC :

  • Dans ce qui fut les des combats les plus étranges dans l’histoire de la boxe, McCall (qui avait perdu les trois premiers rounds) a refusé de boxer au 4e et 5e round.
  • Il s’est ensuite mis à pleurer dans le ring, forçant l’arbitre à stopper le combat et à accorder la victoire et le titre à Lewis.

En tant champion du monde à nouveau couronné, Lewis a défendu avec succès en 1997 versus son compatriote Britannique, Henry Akinwande (32-0-1), qui a été disqualifié après 5 rounds pour avoir accroché excessivement.

En Novembre 1997, Lewis a ensuite affronté le Polonais Andrew Golota (28-2), qui a été défait par knockout, au 1er round.

Lewis a conservé son titre mondial WBC, le 28 Mars 1998, alors qu’il a vaincu par knockout, au 5e round, le champion linéaire Shannon Briggs (30-1), qui était alors devenu champion linéaire après avoir défait George Foreman.

Lewis a aussi battu l’ex-champion Européen invaincu, Zeljko Mavrovic (27-0), de la Croatie par décision unanime dans un duel de 12 rounds, le 26 Septembre 1998 :

  • Lewis a plus tard déclaré que Mavrovic lui a donné son combat le plus difficile dans sa carrière.

Lewis vs. Evander Holyfield

Le 13 Mars 1999, Lewis a été opposé au champion WBA et IBF, Evander Holyfield (36-3), au Madison Square Garden, à New York City, dans ce qui devait être un combat d’unification chez les lourds :

  • Lewis a livré un combat tactique en gardant Holyfield hors d’équilibre à l’aide de son long jab tout en portant aisément sur la cible des combinaisons.
  • Quoique la majorité des observateurs avaient cru que Lewis eût clairement remporté le combat, le match a été déclaré nul, ce qui a grandement suscité la controverse.
  • Les statistiques du combat ont révélé que Lewis a placé 348 frappes sur la cible comparativement à 130 pour Holyfield.
  • Lewis a aussi eu l’avantage au niveau des jabs qui porté sur la cible (137 contre 52).
  • La juge Eugenia Williams qui avait favorisé Holyfield sur sa carte de pointage avait dit qu’elle avait vu Lewis porter moins de coups sur la cible que Holyfield.

Lewis vs. Evander Holyfield 2

Les organismes de sanction ont ordonné un rematch entre Lewis et Holyfield (36-3-1), huit mois plus tard, au Thomas & Mack Center, à Las Vegas, le 13 Novembre 1999 :

  • Dans ce qui fut un combat plus offensif et divertissant que le duel initial, les deux boxeurs qui se sont échangés de furieux échanges de coups entre le 6e round et le 9e round.
  • Les statistiques au chapitre des coups portés sur la cible ont clairement favorisé Lewis qui a placé 195 punchs (76 jabs et 119 coups de puissance) et Holyfield 137 coups.
  • Cette fois, Lewis a appliqué une tactique plus efficace en se servant davantage de son jab.
  • Les trois juges du combat ont remis unanimement des cartes de pointage de 115-113, 116-112 et 117-111 en faveur de Lewis qui est ainsi devenu champion du monde incontesté des lourds.
  • Le public Britannique a voté en faveur de Lewis afin qu’il puisse être la Personnalité de l’Année de BBB Sports, en 1999.

Le règne de Lewis en tant que champion incontesté

Après que Lewis eût défait Holyfield, la WBA a ordonné à ce que Lewis puisse défendre son titre face au challenger obligatoire, le Portoricain John Ruiz, qui était alors un combattant obscur de Don King.

La WBA a donné la permission à Lewis de combattre dans un premier temps le challenger obligatoire du WBC, Michael Grant, sous condition qu’il affronter Ruiz ensuite ; une proposition que Lewis a acceptée :

En s’opposant à cela, King a dû amener cette cause devant les tribunaux en se basant sur une clause du rematch Lewis vs. Holyfield disant que le premier combat de Lewis en tant que champion incontesté devait être face à l’aspirant #1 de la WBA.

  • Lewis devait par conséquent être dépouillé de sa ceinture WBA s’il décidait de combattre Grant en premier.

Lewis a donc effectué une défense de titre face à l’Américain Michael Grant (31-1), qui était alors considéré comme le meilleur prétendant aux titres disponibles :

  • Lewis a défendu avec succès ses titres WBC, IBO, et IBF en défaisant Grant par knockout, au 2e round, au Madison Square Garden, en Avril 2000.

Plus tard dans la même année, Lewis a mis knockout le boxeur Sud-Africain, Francois Botha (40-2-1), au 2e round, à Londres, avant de battre aux points l’aspirant obligatoire au titre de l’IBF, le Néozélandais David Tua (37-1), à Las Vegas.

Lewis vs. Hasim Rahman 1

Le 21 Avril 2001, Lewis a été défait par knockout par Hasim Rahman (34-2) qui était alors vu négligé à 15 contre 1, dans un duel en Afrique du Sud.

Avant le combat, Lewis avait joué un rôle dans le film Oceans’ Eleven duquel il a boxé versus Wladimir Klitschko.

Lewis vs. Hasim Rahman 2

Lewis a immédiatement demandé un rematch avec le nouveau champion.

Cependant Rahman, qui avait alors comme promoteur Don King, a tenté de faire face à un autre opposant pour sa défense de titre inaugurale.

Lewis a amené Rahman devant les tribunaux, afin d’exercer la clause de rematch immédiate inscrite sur le contrat :

  • Rahman a donc reçu l’ordre d’honorer la clause, et il a donné à Lewis un rematch dans ce qui fut sa première défense de titre.

Alors qu’il faisait la promotion de leur rematch avec Rahman sur ESPN’s Up Close, les combattants se sont lancés dans une bagarre similairement à ce qui était survenu entre Muhammad Ali et Joe Frazier devant le journaliste sportif Howard Coseil via Wide World of Sports.

Lewis a repris son titre, le 17 Novembre 2001, en surclassant Hasim Rahman 35-2), qui a perdu par knockout, au 4e round de leur rematch.

Lewis vs. Mike Tyson

Le 8 Juin 2002, Lewis a procédé à la défense de son titre face Mike Tyson (49-3), au Pyramid Arena, à Memphis, au Tennessee :

  • Les tickets pour assister au combat ne trouvaient pas preneurs rapidement puisque du fait que les prix pour assister au combat étaient aussi hauts que 2 400$ US, mais une foule de 15 327 spectateurs a tout de même tenu à assister au plus gros événement de boxe.
  • Tyson a aussi dû défrayer de sa bourse à Lewis 335 000 $ pour avoir mordu la jambe de Lewis lors de la conférence de presse annonçant le combat, qui était originairement schedulé pour avoir lieu, le 6 Avril 2002, à Las Vegas.
  • La ville de Las Vegas, cependant, a été rejetée à cause des problèmes de licence de Tyson. D’ailleurs plusieurs autres états ont refusé d’attribuer une licence à Tyson avant que ville de Memphis eût offert 12 millions $ US pour tenir le combat.
  • À la fin de 7e round, Tyson était visiblement fatigué et il tenait difficilement sur ses jambes. Son visage montrait de l’enflure et ses yeux étaient coupés.
  • Tyson a été mis knockout, au 8e round, par une main droite de Lewis. Après le combat, George Foreman a déclaré :

« Il (Lewis) est, sans le moindre doute, le meilleur poids lourd de tous les temps. Ce dont il a fait le met clairement au sommet de la pyramide ! »

Ceci fut, à ce moment, l’événement le plus lucratif de l’histoire sur pay-per-view qui a généré 106,9 millions $ US et 1,95 millions d’achats aux États-Unis.

Lewis vs. Vitali Klitschko

Lewis a été forcé de laisser vacant son titre IBF, en 2002, pour avoir refusé de faire face à son challenger obligatoire, Chris Byrd.

En Mars 2003, Lewis a poursuivi le promoteur Don King pour 385 millions $, affirmant que King a recouru aux menaces de mort à la corruption de manière à pouvoir empêcher Tyson de combattre sur la carte du 21 Juin, au Staples Center, dans ce qui allait être un programme double avec Lewis :

  • En procédant ainsi, King allait empêcher Tyson de signer un contrat pour un rematch avec Lewis et donc de rompre les liens de Tyson avec l’équipe managériale de Lewis.

Lewis a été schedulé dans un combat avec Kirk Johnson, pour Juin, mais lorsque Johnson a subi une blessure à l’entraînement, Lewis a combattu Vitali Klitschko (32-1), qui était alors aspirant #1 au titre du WBC, et ex-champion WBO ; un duel qui s’est tenu, le 21 Juin 2003, au Staples Center, à Los Angeles :

  • Lewis avait prévu combattre Klitschko, en Décembre 2003, mais puisque Klitschko était supposé combattre en sous carte du combat Lewis vs. Johnson, les deux boxeurs ont donc accepté de s’affronter plus tôt.
  • Lewis est entré dans le ring en affichant un poids de 256½ lbs (son poids le plus élevé en carrière.
  • Lewis a été dominé l’affrontement dans les premiers rounds du combat et il s’est fait ébranler, au 2e round, en encaissant deux solides frappes de Klitschko.
  • Lewis a ouvert une coupure au-dessus de l’œil droit de Klitschko en portant un crochet de gauche, au 3e round, et il a obtenu plus de succès à partir 4e round.
  • Alors que les deux combattants montraient des signes de fatigue au début du 7e round, le docteur a avisé que le combat devait être stoppé à cause de la sévère coupure au-dessus de l’œil gauche de Klitschko, accordant ainsi à Lewis une victoire par TKO.
  • Au moment de l’arrêt du combat, Klitschko menait 58-56 sur les trois cartes de pointage des juges.
  • Lewis avait reçu la garanti d’empocher 7 millions $ US et Klitschko 1,4 millions $ US. Les revenus provenant de la « gate » ont été évalués à 2 523 384 $ US alors que 15 939 spectateurs avaient été présents, au Staples Center, en Californie.
  • Le combat a été diffusé par HBO’s World Championship Boxing et il a été regardé par 4,6 millions de foyers.

Interviewé à propos du combat par HBO, le docteur Paul Wallace a expliqué sa décision :

« Lorsque qu’il a levé la tête vers le haut, sa paupière supérieure couvrait son champ de vision. Rendu à ce point, je n’ai eu aucune autre option que de stopper le combat. S’il avait besoin de bouger sa tête pour me voir, il n’aurait donc pas été en mesure de se défendre face aux coups lancés. »

Klitschko a eu besoin de soixante points de suture.

Du fait que Klitschko a combattu si bravement face à Lewis, les fans de boxe se sont mis à demander pour un rematch. Le WBC a accepté, et il a gardé l’Ukrainien en tant qu’aspirant #1. Lewis initialement était en faveur d’un rematch :

« Je veux le rematch. J’ai aimé disputer ce combat. Ce n’était qu’un combat. Tu dois jouer avec les dollars et les sous mais j’opte davantage pour un rematch. »

Les négociations pour le rematch ont suivi mais Lewis a ensuite changé d’idée.

Klitschko a alors combattu et défait Kirk Johnson, le 6 Décembre 2003, dans un combat éliminatoire du WBC, ce qui a mis la table pour un rematch obligatoire avec Lewis.

Lewis a annoncé son retrait de la boxe peu de temps après, en Février 2004, pour passer à autres choses, ce qui inclut la gestion dans les sports et la promotion de la musique, et il a donc laissé vacant le titre :

  • Lewis a affirmé qu’il ne fera pas de retour dans le ring.
  • Au moment de son retrait de la boxe, Lewis a montré une fiche de 41 victoires, 2 défaites, 1 nul, avec 32 de ses victoires obtenues par knockout.

Lewis se retire définitivement de la boxe

Quoiqu’une rumeur dans un article publié par the Daily Mail a fait surface, le 24 Février, comme quoi Lewis prévoyait faire un retour pour à nouveau combattre Klitschko, Lewis a rapidement démenti ces rumeurs sur son site Web personnel.

En 2008, Lewis a commenté à propos d’un possible duel avec Riddick Bowe :

« Il a attendu jusqu’à ce que je me retire de la boxe pour me lancer un défi !, » a tout d’abord dit Lewis.

« Je vais sortir de la retraite pour battre ce gars-là. Je vais le faire gratuitement ! »

En 2011, en réponse à une demande de Bowe sur Twitter, pour que Lewis puisse mettre sa médaille d’or à l’enjeu dans un combat contre lui, ce dont à quoi Lewis a répliqué :

« Je pense l’avoir déjà fait ! »

Lewis a travaillé en tant qu’Analyste de boxe pour HBO, sur Boxing After Dark, de 2006 à 2010.

Le style de boxe de Lewis développé par Emanuel Steward

Lewis a été un combattant arborant un style de boxe classique qui combattait à distance, bien servi par sa longue portée de 84 pouces.

Son jab, qui à ses débuts était mal utilisé tôt dans sa carrière, est devenu une formidable arme sous la tutelle de Emanuel Steward, à un tel point cet arme lui servait à préparer son coup qui a été sa marque de commerce, soit son direct de la main droite.

Sous la supervision de Steward, Lewis s’est mis à moins dépendre de sa main droite du fait qu’il est devenu un boxeur beaucoup plus complet.

Critiqué à certains moments pour avoir été trop patient et pour son manque d’habiletés pour boxer en position rapprochée, Lewis était à son meilleur lorsqu’il tenait ses rivaux à distance.

Réputé pour être un boxeur doté d’une bonne force physique, Lewis a été en mesure de contrôler ses opposants en les tenant au bout de sa portée, et il a particulièrement obtenu du succès face à des rivaux ayant une grande taille.

En dépit du fait qu’il n’avait pas la fluidité naturelle de son grand rival, Riddick Bowe, Lewis est devenu, au cours de son développement, l’un des boxeurs poids lourds les plus complets dans l’histoire ; lui qui était au sommet de son art lorsqu’il boxait à distance et parfois de manière agressive quand cela était nécessaire.

Lewis a aussi été considéré comme l’un des plus durs puncheurs de tous les temps.

L’héritage de Lewis et son statut historique

Lewis a été le cinquième médaillé d’or Olympique à devenir champion du monde après Floyd Patterson, Muhammad Ali, Joe Frazier et George Foreman.

Lewis a la distinction d’avoir été le premier champion des lourds dans les rangs professionnels à avoir remporté la médaille d’or dans la catégorie des super-lourds ; une division qui été créée lors des Jeux-Olympiques d’été, en 1984.

Lewis est aussi le seul boxeur à avoir représenté le Canada aux Jeux Olympiques d’été ayant subséquemment remporté un titre mondial chez les professionnels.

En sachant qu’il lui a été difficile de gagner en popularité et d’obtenir le respect tôt dans sa carrière professionnelle, Lewis est devenu très connu depuis qu’il s’est retiré du ring en 2003, et il est maintenant considéré des meilleurs poids lourds de tous les temps.

Alors qu’il a cherché à gagner l’admiration du public Britannique tout en laissant indifférent l’audience Américaine, l’éthique de travail de Lewis a éventuellement fait de lui l’un des boxeurs poids lourds les plus dominants de tous les temps. Sa morphologie, sa puissance et ses habiletés de boxe ont fait de lui le dernier champion du monde incontesté des lourds.

Sur une durée de 4 années, 3 mois, et 15 jours, Lewis a eu le 12e plus long règne de l’histoire en tant que champion chez les lourds. Ses trois règnes combinés d’une durée de 2 346 jours le classe au huitième échelon en ce qui a trait au temps cumulatif en tant que champion des lourds.

Son total de 14 défenses de titres réalisées avec succès le classe au 5e rang à ce chapitre chez les lourds.

Lewis est devenu l’un des deux seuls boxeurs dans l’histoire, et le premier depuis Ken Norton, en 1978, à s’être fait attribuer un titre de championnat des lourds, lorsque le WBC lui a décerné ce titre en 1992 :

  • Ceci fut dû au fait que Riddick Bowe a abandonné le titre après avoir refusé de défendre ce titre face à Lewis, qui lui était alors devenu le challenger obligatoire en défaisant Donovan Ruddock, quelques semaines plus tôt.

En 2001, Lewis est devenu le 4e boxeur (après Muhammad Ali, Evander Holyfield et Michael Moorer) à avoir détenu le titre de championnat des lourds à trois occasions.

Boxrec classe Lewis comme le 12e plus grand poids lourd de tous les temps, et aussi le 3e meilleur boxeur Britannique.

En 2017, The Ring magazine a classé Lewis en tant que plus grand poids lourd à avoir œuvré dans les 30 dernières années et en 11e position parmi les meilleurs boxeurs de tous les temps (à égalité avec Evander Holyfield).

The Ring classe aussi Lewis en tant que 33e plus dur puncheur de tous les temps.

Avec Ingeman Johansson et Rocky Marciano, Lewis est l’un des trois seuls champions des lourds à s’être retirés du ring en ayant obtenu des victoires face à chacun des opposants auxquels il a fait face.

Lewis est aussi devenu (avec Gene Tunney, Marciano et Vitali Klitschko), l’un des quatre champions des lourds à avoir mis un terme à sa carrière en ayant le statut de champion du monde, et en remportant un combat de championnat du monde lors de son dernier combat professionnel.

En 2008, Lewis a été intronisé au Canada Sports Hall of Fame.

En 2009, lors de sa première année d’éligibilité, Lewis a été intronisé à l’International Boxing Hall of Fame.

Lewis a été intronisé à l’Ontario Sports Hall of Fame, en 2012.

Sa vie personnelle

Après son retrait de la boxe, Lewis s’est installé à Miami Beach avec sa femme, Violet Chang, une ex-finaliste au concours de Miss Jamaica. Ils ont eu ensemble quatre enfants.

Lewis avait dit via AventuraUSA, en 2007, envisager d’ouvrir une Académie de boxe internationale, et peut-être mettre sur pied une maison de disques, mais il n’a toujours pas réalisé ces projets.

Lewis possède une villa au Tyrall Golf Club, à Montego, en Jamaïque.

Lewis est un avide amateur d’échec, et il a fondé un programme parascolaire de jeux d’échec pour la jeunesse défavorisée, et en tant que joueur d’échec, il s’est mérité une bourse universitaire, au Tennessee Tech.